Marc Asselin espère que les citoyens vont faire preuve de davantage de discipline relativement à la pandémie.
Marc Asselin espère que les citoyens vont faire preuve de davantage de discipline relativement à la pandémie.

Marc Asselin espère un redressement de la discipline

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
« Il va falloir redresser la discipline », a lancé le maire d’Alma, Marc Asselin, lors de la séance publique de lundi. Celui-ci faisait référence aux nombreux cas de COVID-19 déclarés sur le territoire de Lac-Saint-Jean Est dans les derniers jours.

M. Asselin a voulu profiter de la tenue du conseil de ville pour lancer un appel à la prudence au sein de la population. Redoutant les restrictions supplémentaires à venir, le maire a demandé aux citoyens d’être plus stricts sur l’application des mesures d’hygiène qui sont imposées dans le cadre de la pandémie.

« Je pense qu’avec toute l’aide de la population, on devrait être capables de maîtriser cette deuxième vague. Peut-être moins bien que la première fois, mais l’important c’est d’arriver à la maîtriser pour éviter d’embouteiller nos hôpitaux. »

COlab

Les élus ont également confirmé une contribution financière de 150 000 $ pour le pavillon COlab, lors de la séance publique. Le bâtiment, dont la construction est actuellement en cours au Collège d’Alma, abritera un laboratoire d’innovation régional, orienté vers le numérique. Le projet offrira entre autres des formations et de l’accompagnement aux citoyens ainsi qu’aux entreprises.

« L’implantation du pavillon COlab aura de nombreuses retombées positives pour la ville, notamment faire d’Alma l’épicentre du développement du numérique au Saguenay-Lac-Saint-Jean », a expliqué la conseillère Sylvie Beaumont.

Arrivée du bac brun

C’est cette semaine que les citoyens d’Alma devront prendre une nouvelle habitude, avec le début de la collecte des matières organiques. Attendu depuis longtemps dans le secteur, celui qu’on appelle communément « bac brun » pourra finalement être utilisé par les citoyens desservis par la RMR du Lac-Saint-Jean.

La conseillère et présidente du comité de suivi environnemental, Véronique Fortin, a encouragé la population à être curieuse et à s’informer sur le sujet. « Je pense que c’est une nouvelle culture à adopter. On a 40 % des matières de notre bac de déchets qu’on peut revaloriser. C’est 17 000 tonnes de matières organiques dont on pourrait éviter l’enfouissement si les gens collaborent bien. »