Alexandre Cloutier, président d’honneur de la soirée hommage à Marc-André Bédard, et Gilles Harvey, président de la SNQ régionale, ont indiqué que deux ex-premiers ministres seront présents, vendredi, à l’Hôtel Chicoutimi.

Marc-André Bédard, patriote de l’année

La Journée nationale des patriotes sera l’occasion pour la Société nationale des Québécois, Saguenay-Lac-Saint-Jean, de souligner vendredi le travail accompli par l’ex-député péquiste de Chicoutimi, Marc-André Bédard.

Lors d’une conférence de presse tenue lundi, Gilles Harvey, président de la SNQ régionale, accompagné du député de Lac-Saint-Jean et président d’honneur de la soirée, Alexandre Cloutier, a mentionné que 200 personnes, dont deux ex-premiers ministres, seront présentes à l’Hôtel Chicoutimi pour souligner le travail accompli par M. Bédard, entre autres, comme ministre de la Justice dans le premier gouvernement de René Lévesque.

« Nous avons choisi un candidat dont nous sommes particulièrement fiers, qui a été profondément engagé dans la promotion de l’indépendance, en éducation et dans une foule de domaines », a expliqué M. Harvey.

La SNQ a rappelé que M. Bédard a été à l’origine de la création du Conseil de la magistrature, a amorcé la réforme du Code civil tout en modernisant le droit de la famille. La modification de la Charte des droits et libertés de la personne pour interdire la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et la fin de la criminalisation de l’avortement figurent à son actif.

Le député Cloutier a mentionné que M. Bédard a toujours fait preuve de rigueur et de compétence tout en le qualifiant d’homme ouvert et progressiste. « C’est pour moi un immense plaisir de m’associer à la famille Bédard et Marc-André. Lorsque je me suis lancé en politique, c’était pour suivre les traces de grands hommes comme lui », ajoute M. Cloutier.

M. Bédard devient le troisième patriote honoré par la SNQ après Francis Dufour et Benoît Laprise en 2016 et 2017 respectivement.

Interrogé sur le fait que les honneurs aient été dévolus uniquement à des hommes et ex-députés péquistes, M. Harvey a mentionné qu’un comité formé doit évaluer les candidatures selon certains critères en respectant le principe de l’alternance entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean.

« Ce n’est pas juste en politique. Ce peut être quelqu’un qui s’est démarqué dans la région et au niveau provincial. Ce n’est pas juste en politique, ça peut être dans le culturel, la langue, l’histoire. On y va selon les critères », explique M. Harvey.