À l’arrivée, les visages sont joyeux et tous sont fiers d’avoir pu réaliser cet exploit. Pour la symbolique, tous ont franchi la ligne d’arrivée ensemble.

Marathon partagé de Saguenay: la première édition accouche des héros

Le premier Marathon partagé de Saguenay a permis à des équipes, composées chacune de huit coureurs et une personne à mobilité réduite, de vivre l’expérience d’un marathon (42,195km) entre La Baie et Jonquière. L’événement permet d’offrir gracieusement un fauteuil adapté Kartus au Centre de réadaptation en déficience physique de Jonquière (CRDP).

En passant la ligne d’arrivée, il n’y avait pas de perdants, pas de premiers ou de derniers, mais bien des vainqueurs avec de grands sourires, la communion entre tous les participants était palpable. Ils ont tous franchi la ligne comme un seul homme. Alors que la cinquantaine de participants vient de parcourir plus de 42 km, l’opération qui promeut l’inclusion est un succés pour les organisateurs avec l’édition numéro deux déjà en ligne de mire. «Quand on voit le succès de cette première, la deuxième est à prévoir et sera réalisable», annonce Marie-Ève Larouche, co-organisatrice du Marathon partagé.

L’initiative a pu voir le jour grâce à quatre bénévoles qui se sont inspirés de l’exploit de Marie-Michelle Fortin (présente samedi) qui avait parcouru le Marathon de Boston en fauteuil roulant adapté à la course longue de la marque Kartus. L’idée de parcourir un marathon, non pas seul, mais en équipe a séduit les organisateurs. « Avec Romane Le Gallou, Donald Dubois et Dave McMullen, tous trois organisateurs de l’Ultramarathon de l’UQAC, l’idée d’intégrer des personnes à mobilité réduite donnait du sens à la course», ajoute Marie-Ève Larouche.

On court plus facilement quand on a le sourire.

Julien Renaud, participant en fauteuil et journaliste au Quotidien, a apprécié l’opération, ne manquant pas d’encourager son équipe durant les 42km. «Les coureurs sont courageux et j’étais là pour les soutenir dans l’effort. Dans le fauteuil, on est là pour les aider mentalement. La médaille que j’ai autour du cou, je la partage avec mes coureurs.»

Sentir le vent dans les cheveux, la sensation de vitesse et les paysages qui défilent ont été des raisons pour Dave McMullen d’organiser la course partagée. «Permettre à ces personnes de ressentir les sensations de la course n’a pas de prix. Lors de l’Ultramarathon, on intégrait ces personnes pour le dernier kilomètre; aujourd’hui, ils font les 42km en entier. En tant que coureurs, nous sommes accessoires. Ce marathon est pour eux.»

Marie-Michelle Fortin, inspiratrice de cette course

Autour d’eux, les donateurs régionaux, le Fonds de dotation santé Jonquière, la firme Kartus, la section en éducation spécialisée du Cégep de Jonquière et tous les bénévoles ont permis la concrétisation de ce marathon.

L’organisation du marathon avec Sandra Lévesque et Jean-François Schuld, du Fonds de dotation santé Jonquière, Dave McMullen, Marie-Ève Larouche et Donald Dubois, coorganisateurs du Marathon partagé, France Potvin, coordonnatrice au Centre de réadaptation en déficience physique de Jonquière, Philip Oligny, concepteur et président de Kartus, Julien Renaud, participant en fauteuil et journaliste au Quotidien, et Romane Le Gallou, coorganisatrice du Marathon partagé

Le fauteuil Kartus, outil d’inclusion

Cette performance a pu voir le jour grâce à un matériel adapté. Le fauteuil Kartus «permet aux personnes à mobilité réduite et aux aînés d’accéder aux parcs, aux grands espaces verts, mais aussi de participer à des événements de course à pied; ça brise l’isolement. Donner à ces personnes l’accessibilité à des chemins caillouteux, terreux et autres que l’asphalte a des bienfaits sur le moral», explique le concepteur et président de Kartus, Philip Oligny. Le fauteuil est muni de pneus cyclistes avec freins à disque et pèse moins de 20kg. Philip Oligny se dit fier d’être partenaire de cette première.

Notre journaliste Julien Renaud a vécu l’expérience et vous proposera de la vivre aussi dans une chronique dès lundi.

Julien Renaud et son équipe juste avant le départ de La Baie