Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Serge Simard
Serge Simard

Mairie de Saguenay: Serge Simard se lance

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Serge Simard n’a pas eu besoin de la période des Fêtes pour réfléchir davantage à la mairie de Saguenay. L’ancien conseiller municipal de l’arrondissement de La Baie et ex-député libéral a confirmé, mercredi, qu’il affrontera la mairesse sortante Josée Néron à l’automne 2021. Il avait annoncé ses intentions il y a déjà quelques mois.

« Maintenant, c’est définitif : je serai de la course. Ce qui m’a fait prendre cette décision, c’est mon amour pour ma ville. Je l’aime, ma ville, ma région. Et j’estime que je suis encore capable de faire bénéficier la population de mon expérience », a lancé M. Simard, dans une entrevue accordée au Progrès.

Ce dernier veut se montrer comme le candidat des grands projets industriels. Serge Simard estime que la mairesse Josée Néron n’en fait pas assez pour faire prospérer Saguenay et encourager la concrétisation des mégaprojets de GNL Québec, Métaux BlackRock et Arianne Phosphate.

« Il faut absolument y travailler de façon intense pour qu’ils se réalisent le plus vite possible. C’est une nécessité. Et je suis déjà opérationnel. Il faut travailler avec le provincial et je sais quoi faire », laisse tomber M. Simard, brandissant son passé de député provincial.

À son avis, le maire de Saguenay doit davantage prendre position sur ces projets et en parler encore plus. « Moi, je ne l’ai pas vue faire. »

Les grands projets sont essentiels pour attirer de nouvelles familles et, par le fait même, éviter des hausses de taxes, pointe le candidat aux élections municipales.

« Une ville, c’est comme un commerce. Si ta clientèle n’est pas grande, les prix vont augmenter. Les coûts fixes restent les mêmes avec beaucoup ou peu de clients. Quand tu n’es plus compétitif, il y a un problème. »

« La population doit être fière de sa ville et il faut devenir tous des gagnants. »

Serge Simard, qui a fait carrière chez Desjardins, a été élu une première fois à l’Assemblée nationale en 2008, sous Jean Charest. Le député de Dubuc a été défait en 2012 et réélu en 2014, sous Philippe Couillard.