L'UQAC créditera une année complète d'études aux étudiants issus de la technique en jeux vidéo donnée au Cégep de Sainte-Foy. D'autres ententes ailleurs au Québec devraient suivre.

L'UQAC s'entend avec le Cégep de Sainte-Foy

Dans la foulée de l'arrivée d'Ubisoft, une autre bonne nouvelle vient toucher le monde des jeux vidéo à Saguenay. L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a conclu une entente DEC-BAC avec le Cégep de Sainte-Foy, une première avec un établissement en dehors de la région. De plus, le directeur du module d'informatique à l'UQAC, François Lemieux, aimerait bien doubler le nombre d'étudiants inscrits au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo.
Ainsi, les étudiants du programme Techniques de l'informatique - Programmation de jeux vidéo donné à Sainte-Foy verront une année complète d'études créditée s'ils décident de venir compléter leur formation Saguenay. 
« Ce qu'on fait avec Sainte-Foy, c'est de reconnaître une année complète d'études, soit dix cours. Ces étudiants-là ont déjà atteint beaucoup de nos objectifs lorsqu'ils arrivent. Ça encourage les étudiants à poursuivre leurs études », a expliqué M. Lemieux. 
Une telle entente devrait donc permettre d'attirer encore plus d'étudiants du Québec vers le programme de jeux vidéo de l'UQAC. Par surcroît, les débouchés sont maintenant réels dans la région avec les 125 emplois annoncés récemment par Ubisoft. François Lemieux se réjouit d'ailleurs de l'arrivée d'Ubisoft à Saguenay. « C'est une des rares entreprises qui investissent en formation. Je suis certain qu'ils vont être intéressés à collaborer », a-t-il avancé.
L'entente a été approuvée par résolution lors d'une réunion du conseil d'administration tenue mardi dernier. Elle sera effective à compter de l'automne 2018.
Une année reconnue
L'avantage d'une telle entente pour les étudiants est qu'ils n'ont que deux ans de plus à faire, après leur technique de trois ans, pour obtenir un baccalauréat dans leur domaine. La durée est la même que si un étudiant suit le parcours régulier, soit deux ans au Cégep et trois ans à l'université. Au final, un étudiant qui aurait choisi la technique n'est pas pénalisé en passant une année de plus sur les bancs d'école.
François Lemieux voit un autre aspect positif avec un tel parcours. « Le premier cégep avec qui j'ai fait ça, c'est Chicoutimi. Le dernier trimestre des étudiants se fait ici. Par contre, s'ils échouent ici ils se retrouvent sans DEC du tout », a-t-il indiqué.
Doubler
Selon François Lemieux, l'UQAC est la seule université québécoise à offrir un programme aussi spécialisé en jeux vidéo. Pour l'instant, environ 80 étudiants sont répartis dans les trois années d'études. La moitié d'entre eux provient de France. L'entente avec le Cégep de Sainte-Foy pourrait donc permettre d'attirer plus d'étudiants du Québec. « On pourrait doubler le nombre d'étudiants. (...) Et il y a des ententes qui se préparent ailleurs au Québec. Mon objectif est d'en avoir beaucoup », a-t-il continué.
Pas juste pour jouer
Un des autres objectifs atteints par la collaboration avec un programme établi est d'aller chercher des étudiants bien préparés. « Je veux aller chercher des bons étudiants. Je ne veux pas d'étudiants qui veulent jouer », a-t-il poursuivi.
Une pratique courante
Le DEC-BAC (contraction de Diplôme d'études collégiales et baccalauréat) est une pratique courante au Québec. L'Université du Québec à Chicoutimi a déjà conclu des ententes de type DEC-BAC avec les cégeps d'Alma, de Baie-Comeau, de Chicoutimi, de Jonquière, de Sept-Îles et de Saint-Félicien. Le DEC-BAC permet une meilleure cohérence dans la formation en éliminant les recoupements entre les cours des niveaux collégial et universitaire. Il permet aussi de minimiser le coût des études, en réduisant leur durée. Ultimement, l'étudiant atteint le marché du travail plus rapidement.
Le programme Techniques de l'informatique - Programmation de jeux vidéo, donné à Sainte-Foy, est étalé sur trois ans. Il permet d'acquérir des compétences en programmation, en conception d'interfaces, en analyse et conception de systèmes, ainsi qu'en ce qui concerne l'environnement technologique (réseaux et systèmes d'exploitation).
Le Cégep de Sainte-Foy avait déjà des ententes DEC-BAC avec l'Université Laval et l'Université du Québec à Rimouski. Il s'agit de la première entente du genre entre les deux établissements, mais de la 57e pour le cégep fidéen.