Hélène Vézina était fière d’annoncer le lancement du projet i-Balsac, une version améliorée du fichier Balsac.

L’UQAC lance le projet i-Balsac

L’Université du Québec à Chicoutimi a procédé au lancement de son nouveau projet i-Balsac. Le projet se veut une suite du fichier Balsac que l’UQAC développe depuis maintenant 45 ans. i-Balsac mettra sur pied une plateforme destinée à la recherche de pointe en sciences biologiques et sociales.

Une aide financière de 3,2 millions de dollars sur trois ans de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et des gouvernements du Québec et de l’Ontario a permis de mettre de l’avant le projet. L’UQAC veut inclure des données géographiques au contenu déjà présent afin de présenter une cartographie haute résolution de la population franco-canadienne.

Le nouveau projet permettra l’utilisation d’une nouvelle technologie de reconnaissance de texte manuscrit ce qui aura pour effet de doubler la base de données. Elle contient actuellement trois millions de documents et i-Balsac devrait en compter six millions dans trois ans. De plus, on vise à y intégrer des données généalogiques et génétiques.

La directrice du projet et professeure au Département des sciences humaines et sociales, Hélène Vézina, espère que « le projet puisse récupérer suffisamment de données pour recenser l’ensemble de la population franco-canadienne. »

Pour l’instant, l’utilisation du laboratoire sera réservée aux chercheurs, mais Mme Vézina n’écarte pas la possibilité de rendre accessible à la population, via un portail d’accès, les données contenues dans le i-Balsac. Elle assure que dans le cas échéant, la sécurité des données personnelles sera la priorité.

Le fichier Balsac

Le fichier Balsac est développé par l’Université du Québec à Chicoutimi, avec l’aide des universités Laval, McGill et Montréal. Il a été créé par une informatisation et un jumelage des actes de l’état civil du Québec. Il permet de reconstituer automatiquement des liens généalogiques et la structure de parenté de la population du Québec des quatre derniers siècles. Après avoir récupéré les données pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Balsac couvre maintenant l’ensemble des régions du Québec.

La profondeur généalogique et la dimension de sa population font de Balsac un fichier unique dans le monde. Il est utilisé par des chercheurs du Québec, du Canada et de l’étranger spécialisés dans des domaines comme la génétique, la démographie, la géographie, la sociologie et l’histoire.

Balsac a permis plusieurs études dans la région, notamment celle qui explique la forte fréquence de certaines maladies génétiques.