La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a discuté avec le professeur Daniel Lavoie, du CFP de La Baie.

L’ouverture de la pêche blanche célébrée

Le Vieux Théâtre de La Baie était plein à craquer, vendredi, à l’occasion du souper soulignant l’ouverture de la pêche au poisson de fond. Quelque 500 passionnés de pêche blanche ont pris part à l’événement pour lequel les billets s’étaient vendus en seulement 12 heures.

La soirée se déroulait pour une première fois au Vieux Théâtre, la salle des Moose étant devenue trop petite pour accueillir l’événement. Le souper était aussi l’occasion pour des biologistes, des agents de la faune et les responsables des sites de pêche blanche sur la baie des Ha ! Ha ! de transmettre des informations aux pêcheurs en vue de la nouvelle saison qui s’amorce.

La pêche au poisson de fond ouvrait officiellement à minuit. Si certains préfèrent attendre l’embarquement des cabanes de pêche sur les sites de Grande-Baie et de l’Anse-à-Benjamin pour taquiner confortablement le poisson de fond, certains comptaient braver la tempête et les forts vents qui balayaient la baie pour souligner l’ouverture de la pêche, installés dans de petits abris temporaires.

« Après la remise des prix, il y en a des “crinqués” qui ont leur “suit” dans leur pick-up et qui vont y aller à minuit ! » a laissé tomber en riant Rémi Aubin, président de l’organisme Promotion Pêche, qui organisait l’événement.

La tourtière était au menu des convives qui couraient la chance de remporter l’un des nombreux prix totalisant 10 000 $, dont un voyage de pêche au Mexique et une cabane de pêche.

Une histoire de famille

La famille Bouchard de Jonquière s’était rassemblée à l’occasion de ce souper d’ouverture, l’événement étant maintenant devenu une tradition pour ces mordus de pêche blanche, une passion qui leur a été transmise par leur mère, Gisèle Bouchard, âgée de 84 ans.

Mme Bouchard – connue, paraît-il, sur les glaces de la baie sous le nom de « Madame B » – a initié ses garçons et ses filles à la pêche blanche sur le lac Kénogami. Ils ont cependant délaissé l’endroit pour aller pêcher sur les glaces de la baie, il y a une trentaine d’années, dans le secteur de l’Anse-à-Benjamin. « On s’assoyait sur un seau de 30 livres et on le remplissait de capelans en une journée, presque à ras bord. Il n’y avait pas de limite dans ce temps-là ! », a raconté la dame qui taquine encore le poisson aujourd’hui.

Ses enfants sont aussi passionnés de pêche blanche qu’elle. L’un des garçons de Mme Bouchard, Errol, et sa conjointe, Marthe Bergeron, avaient même deux cabanes de pêche à l’Anse-à-Benjamin, jusqu’à l’année dernière. « On avait notre grosse cabane pour le poisson de fond et une plus petite pour l’éperlan, mais on a vendu la grosse », a expliqué Mme Bergeron.

Les quatre garçons de Gisèle Bouchard espéraient que la chance soit encore de leur côté cette année, eux qui avaient remporté, lors du souper d’ouverture de l’an dernier, un voyage de pêche sur le lac Ontario.

Rémi Aubin, président de l’organisme Promotion Pêche

Un cocktail météo bon pour les glaces

Le redoux des deux derniers jours et le froid revenu soudainement favorisera l’épaississement des glaces de la baie des Ha ! Ha !, ce qui fait espérer un embarquement des cabanes dans les prochains jours, a souligné Rémi Aubin, de l’organisme Promotion Pêche et responsable du département de chasse et de pêche à l’Accommodation des 21. 

« La pluie n’a pas fait fondre la glace et a compacté la neige qui se trouvait sur la baie. Avec le froid, tout ça va prendre et le couvert de neige compacté va favoriser l’épaississement des glaces », a-t-il expliqué.

Le déneigement et le bornage du site de Grande-Baie ont été complétés cette semaine par l’entreprise Excavation Jules Poulin de La Baie. « Ç’a pris cinq jours cette année, c’est deux de plus qu’à l’habitude, a souligné le président Pierre-Michel Poulin. C’est la première fois qu’il y avait un couvert de neige aussi important sur la baie, en huit ans. »