Louis-Philippe Coutu-Nadeau, petit-fils, de Jean Coutu, s'apprête à faire son entrée dans la profession de pharmacien en effectuant un stage à la succursale chicoutimienne de Jean Coutu., ce qui fait dire qu'on y trouve de tout, même un petit-fils

Louis-Philippe sur les traces de son grand-père

Depuis cinq semaines, la succursale Jean Coutu de la pharmacie Bolduc, Asselin, Champagne et Gagnon, du boulevard Talbot à Chicoutimi, accueille un stagiaire en pharmacie un peu spécial derrière le comptoir de service.
Louis-Philippe Coutu-Nadeau, un jeune homme de 23 ans finissant de la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal, est le petit-fils de Jean Coutu, fondateur de la célèbre chaîne de pharmacies québécoise. Louis-Philippe est le fils de Marie-Josée Coutu et Michel Nadeau et il figure dans la liste des 15 petits-enfants du célèbre pharmacien.
Lors d'une brève entrevue, il a mentionné que son arrivée à la succursale chicoutimienne Jean Coutu a causé une certaine surprise parmi le personnel en place. Louis-Philippe explique qu'il est le troisième petit-fils à entrer dans la même profession que son grand-père. «On a eu un beau modèle. On n'a jamais eu de pression pour étudier en pharmacie. Pour les trois, ça a été des décisions personnelles. J'ai des cousins qui sont dans des domaines très différents de la pharmacie. Il n'y aurait jamais eu d'opposition à ce que je devienne mécanicien. Je suis à peu près au milieu de la lignée des petits-enfants. Il y a cinq ou six autres cousins qui s'en viennent».
Il avoue avoir eu la chance de faire son entrée à la faculté de pharmacie à l'âge de 18 ans à sa première demande d'admission. Ses études intensives ont nécessité son séjour prolongé dans la région de Montréal. Au moment des choix de stage, M. Coutu-Nadeau a été tenté par un séjour dans la région. «Je suis à Chicoutimi depuis cinq semaines et je trouve qu'il s'agit d'une belle région. Je suis allé au Valinouët, mais je n'ai pas encore fait de motoneige. J'aurais aimé en faire», avoue-t-il.
Le jeune homme, qui n'a pas encore trouvé l'âme soeur, souligne que sa priorité pour le moment est de travailler sur le terrain à titre de pharmacien. En ce qui a trait à une éventuelle carrière d'administrateur au sein du Groupe Jean Coutu, il estime qu'il n'y a pas de tradition établie chez les Coutu.
En ce qui a trait à son grand-père, Jean, Louis-Philippe mentionne qu'à 88 ans, il est toujours en grande forme, joue au golf et effectue sa marche quotidienne. «Tant qu'on est heureux, c'est ce qui compte pour lui», avoue-t-il.