Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m'entraide.

Loge m'entraide pourrait fermer ses portes

Sonia Côté sonne l'alarme. Si la coordonnatrice de Loge m'entraide ne reçoit pas rapidement la première tranche de la subvention du Secrétariat d'action communautaire autonome et d'initiatives sociales (SACAIS), l'organisme pourrait fermer ses portes.
Elle joint donc sa voix à celle du Regroupement des organismes de défense collective des droits et interpelle le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.
«Pas de subvention égale fermeture de Loge m'entraide, car je suis la seule employée au sein de l'organisme! Si on veut continuer d'offrir des services aux locataires à faible revenu qui ont besoin d'aide au quotidien, il nous faut recevoir le premier versement de notre subvention... Ça urge!», a déclaré Mme Côté par voie de communiqué, ajoutant du même coup qu'elle songe à annuler la publication de son journal interne en décembre. Elle pourrait également diminuer de moitié les heures d'ouverture afin d'être en mesure de payer les dépenses comme le loyer, le téléphone et l'Internet.
Chaque année, Loge m'entraide reçoit une subvention de 45 675$ du SACAIS et le versement de la première tranche de 22 837,50$ pourrait assurer sa survie.
Habituellement, le premier versement se fait en octobre, mais Mme Côté croit que le retard est dû au protocole d'entente qui pourrait passer de trois à un an.
«On demande au ministre Blais de débloquer illico les fonds vitaux de manière à ne pas mettre en péril le travail des groupes de défense collective des droits et de maintenir également les protocoles d'entente de façon pluriannuelle», a ajouté Mme Côté.