La mairesse de Saguenay, Josée Néron, pose en compagnie du président du Conseil des arts, Jonathan Tremblay, de l’artiste multidisciplinaire Étienne Boulanger et du conseiller Marc Bouchard. Ils ont inauguré l’oeuvre Polaris au carrefour giratoire Talbot–Jacques-Cartier.

L’oeuvre du carrefour giratoire inaugurée

L’oeuvre d’art Polaris, de l’artiste multidisciplinaire Étienne Boulanger, a finalement été dévoilée, vendredi matin, au carrefour giratoire Talbot–Jacques-Cartier, à Chicoutimi. Elle attirera sans l’ombre d’un doute l’attention des milliers d’automobilistes empruntant chaque jour ce trajet.

Le comité formé de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, du président du Conseil des arts, le conseiller Jonathan Tremblay, du conseiller Marc Bouchard et des spécialistes en arts visuels, a sélectionné ce projet parmi les trois finalistes.

L’artiste lui-même a confirmé au Progrès avoir eu recours à une assistance par ordinateur pour la conception de la structure métallique basée sur des reliefs de cinq montagnes tirés de cinq toiles d’artistes canadiens bien connus. Il s’agit à son avis d’une vision différente de l’art public avec l’utilisation de peintures cuites sur le métal et l’aluminium.

« Les premiers découvreurs et les Autochtones se référaient aux montagnes pour s’orienter. Lorsque l’on regarde la structure d’en haut, elle ressemble à une étoile, d’où le nom de Polaris, l’étoile Polaire qui a aussi servi pour s’orienter », ajoute Étienne Boulanger.

« Je crois qu’il y a assez de couleur aluminium dans la région », a ajouté l’artiste qui a précisé que la production de cette structure métallique avait nécessité beaucoup de travail de fabrication dans des entreprises de la région. La bande bleue qui encercle la sculpture est en aluminium et le nom des cinq peintres a été découpé. Cette bande a aussi comme fonction de protéger les ancrages de la sculpture d’acier dans le béton puisque le rond-point peut recevoir des abrasifs en période hivernale.

Jonathan Tremblay a voulu saluer le travail des artistes qui ont répondu à l’appel d’offres. Saguenay a reçu des offres des quatre coins du Québec. Le conseiller a rappelé que les artistes devaient respecter un certain nombre d’exigences pour que le projet soit retenu.

Il est revenu sur l’ensemble du projet en soulignant la vitesse de réaction du milieu culturel régional. Les créateurs ont été dans l’obligation de travailler très rapidement dans le contexte du programme de Patrimoine Canada pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Le gouvernement canadien a accordé une subvention de 230 000 $ alors que la Ville a investi 40 000 $ pour cette oeuvre d’art qui sera illuminée en soirée.

La mairesse Josée Néron est plus que satisfaite du résultat final. Elle signale que la structure donne une impression de mouvement à un endroit où il y en a déjà beaucoup. Elle souhaite que l’oeuvre rappelle aussi que Saguenay est la véritable capitale d’entrée de la boréalie québécoise et aussi le lieu de transit de ce vaste territoire de ressources naturelles.