Les élus de Saguenay ont dénoncé à l’unanimité le projet de loi 67, mené par la ministre Andrée Laforest et qui prévoit d’enlever le pouvoir de zonage des municipalités pour la location court terme dans les résidences principales.
Les élus de Saguenay ont dénoncé à l’unanimité le projet de loi 67, mené par la ministre Andrée Laforest et qui prévoit d’enlever le pouvoir de zonage des municipalités pour la location court terme dans les résidences principales.

Location Airbnb pour résidence principale: un «affront», selon Saguenay

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Québec autorisera sous peu la location de type « Airbnb » à tous, peu importe le territoire, pour une résidence principale. C’est ce que prévoit le projet de loi 67, mené par la ministre régionale Andrée Laforest, et qui se veut un véritable « affront » aux municipalités, dénoncent les élus de Saguenay.

Le pouvoir de zonage appartient aux municipalités et plusieurs d’entre elles ont déployé au cours des dernières années différents règlements pour faire cohabiter plus harmonieusement les hébergements de courte durée dans les différents quartiers.

Le projet de loi de la députée de Chicoutimi vient cependant retirer ce pouvoir. Les élus municipaux ne pourront plus interdire la location court terme si elle se pratique dans une résidence principale.

Une résolution demandant à Québec d’effacer l’article 81 du projet de loi 67 a été adoptée à l’unanimité par les élus de Saguenay, en séance du conseil lundi. Tous les échevins et la mairesse s’entendent sur l’importance de conserver le « pouvoir fondamental » d’adopter des règlements de zonage. Les élus craignent des dérapages et surtout une cohabitation incompatible dans certains quartiers.

« Ce dont on a peur, c’est de perdre le contrôle sur notre zonage. Imagine le bordel si Québec nous enlève le pouvoir de refuser certaines demandes. Les plaintes vont nécessairement aboutir dans notre cour. De manière générale, quand ce genre de projet n’a pas une forte acceptabilité sociale, le syndrome « pas dans ma cour » prend le dessus », exprime le conseiller Jimmy Bouchard.

« On veut pouvoir continuer la consultation avec nos citoyens pour assurer la bonne entente dans les secteurs concernés. Ce n’est déjà pas simple de faire accepter ce genre de projet, avec une approbation unilatérale des résidences de tourisme pour les résidences principales, alors on n’est pas sorti du bois », ajoute-t-il.

Résidence secondaire

Les gens qui feront la location à court terme dans leur résidence principale devront obtenir un permis de la CTQ, comme c’est le cas actuellement. Mais ils n’auront plus besoin d’obtenir l’accord de la ville. Pour les chalets ou domiciles secondaires, toutefois, le pouvoir reste entre les mains des municipalités.

Les élus de Saguenay estiment également que l’autorisation mur à mur au Québec ne présente pas d’avantages pour le gouvernement et se questionnent sur les réels motifs.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre auprès de représentants de la CAQ, cet article du projet de loi vise à uniformiser la pratique dans toutes les régions. Certaines villes l’interdisent, d’autres l’encouragent et plusieurs l’encadrent. Québec veut le même règlement pour tous.

Si les propriétaires d’une résidence principale dérangent le voisinage avec ses touristes, notamment par la tenue de fêtes, Québec pourrait retirer son droit de louer.