Litige autour de la vente d’un terrain à Saint-David-de-Falardeau

Un litige opposant la firme Valineige et son président, Roberto Tremblay, pour l’acquisition d’un terrain zoné industriel dans le secteur du Valinouët, à Saint-David-de-Falardeau, divise les élus, le tout sur des allégations de manque de transparence.

Le différend tourne autour de la vente par la municipalité d’un terrain d’environ 3600 mètres carrés faisant partie du lot 16 du canton de Gagné, situé à l’est des étangs aérés et au sud de celui déjà vendu à Valineige en 2018.

Selon la version de M. Tremblay, vers le 5 novembre, il a appris de la part d’un contribuable que le conseil s’apprêtait à vendre de gré à gré une première partie du terrain à Styve Larouche pour la somme de 15 000 $. « Lorsque j’ai appris ça, le 28 novembre, j’ai déposé une demande pour acquérir la seconde partie du terrain. Le 6 février 2019, j’ai reçu une réponse de la Ville m’informant qu’une décision sera prise, et on m’a remercié pour l’intérêt porté », explique M. Tremblay.

La scène s’est ensuite transportée le 4 mars dernier alors que le conseil municipal a discuté d’une première résolution pour la vente du second terrain à Valineige au prix de 15 000 $. La proposition a été rejetée sur division, la mairesse Catherine Morissette utilisant son vote prépondérant.

Une deuxième résolution a été présentée pour la vente du même terrain à Styve Larouche au même prix. Un amendement a été proposé par le conseiller Germain Grenon, appuyé de Philippe Dufour, afin de hausser le prix à 35 000 $.

La mairesse Catherine Morissette s’est alors interrogée sur la validité d’une telle démarche. Il a été convenu que des informations soient prises dans les jours suivants et que le sujet de la vente de ce terrain soit différé.

Puis, à la séance du 11 mars, une première résolution pour la vente à Valineige a été rejetée et une seconde en faveur de la vente à Styve Larouche au prix de 15 000 $ est adoptée sur division, la mairesse se prévalant de nouveau de son vote.

Dans le cadre de sa démarche, Roberto Tremblay ne reproche pas à Saint-David-de-Falardeau d’avoir tenté de hausser le prix de vente puisqu’il est normal que la municipalité veuille tirer le meilleur produit de vente possible étant donné qu’il y avait deux acheteurs intéressés.


«  On reproche à la Ville d’avoir agi en catimini, en manque de transparence et de façon partiale. C’est pourquoi on a déposé une mise en demeure afin que la Ville ne se départisse pas du terrain et suspende la vente.  »
Roberto Tremblay

Puisqu’il s’agit d’un terrain doté d’un zonage industriel et qu’il s’agit du seul disponible à 25 km à la ronde pour construire un garage destiné à l’entreposage de la machinerie de Valineige destinée au déneigement, M. Tremblay croit que la Ville aurait dû procéder avec un processus d’appel d’offres afin d’obtenir le meilleur prix.

Présentement, Valineige loue un garage appartenant à la coopérative pour loger ses équipements.

« On reproche à la Ville d’avoir agi en catimini, en manque de transparence et de façon partiale. C’est pourquoi on a déposé une mise en demeure afin que la Ville ne se départisse pas du terrain et suspende la vente », conclut-il.

Du côté de la municipalité, la mairesse Morissette a refusé de commenter le dossier en début de semaine, en prétextant qu’il y avait un risque que le tout se retrouve en justice.