Litige à Saint-Ambroise: le maire et le conseiller règlent à l’amiable

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Une entente hors cour est intervenue entre le maire de Saint-Ambroise, Denys Tremblay, et le conseiller Nicholas Tremblay. Sans excuses publiques ou dédommagement financier, les deux parties ont convenu de mettre fin à cette saga qui aura duré près d’un an.

En 2019, rappelons-le, Deny Tremblay a tenté de faire évincer l’échevin du conseil, en déposant, devant la Cour supérieure, une demande pour le faire déclarer inhabile à siéger. Le maire reprochait à Nicholas Tremblay d’être le locateur d’une pelle mécanique qui a servi pour un contrat municipal, contrevenant ainsi à la loi sur les cités et villes qui interdit à un élu d’obtenir des revenus des coffres de la municipalité.

Estimant avoir été lésé par la sortie du maire, le conseiller a par la suite fait appel à des avocats, exigeant excuses et dédommagement de la part du maire par l’entremise d’une mise en demeure.

Dans ce dossier, ce n’est pas Nicholas Tremblay qui a fait les travaux, mais une tierce partie qui a loué un des équipements de l’échevin. Le conseiller a toujours nié connaître la nature des travaux.

Réunies mercredi, avec leurs avocats, les deux parties ont cependant convenu de régler à l’amiable ce litige.

« Dans un objectif de règlement du litige et dans la volonté commune des parties de maintenir au conseil municipal de St-Ambroise un climat empreint de respect, de dignité et de collaboration, les parties ont convenu de mettre fin à leur litige, les éléments de faits exposés par monsieur Nicholas Tremblay et acceptés par monsieur le maire Deny Tremblay ainsi que les discussions ayant eu lieu, permettent à Deny Tremblay de croire que monsieur Nicholas Tremblay n’a pas enfreint les dispositions de la loi », peut-on lire dans une déclaration envoyée aux médias, à la suite du règlement.

« Le maire Deny Tremblay confirme qu’il retire sa demande de déclaration d’inhabilité concernant le conseiller Nicholas Tremblay, ce que ce dernier accepte, et les parties se donnent quittance. Ils souhaitent que ce dénouement ait un effet positif sur les délibérations du conseil et permettra de contribuer au rétablissement d’un climat serein à l’hôtel de Ville de St-Ambroise », écrivent les représentants des deux parties.