Jean-François Lisée a opposé le programme du PQ à celui de la CAQ lors de sa première visite dans la région.

Lisée ne cible que la CAQ

Le chef péquiste Jean-François Lisée, lors de sa première visite de la campagne électorale dans la région, dimanche, a ciblé le programme de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans un discours devant des militants réunis à Jonquière.

« Le programme de la CAQ gagne à être méconnu », a lancé le chef péquiste pendant son intervention, devant quelques centaines de militants péquistes. Jean-François Lisée a opposé les propositions du Parti québécois à celles de la CAQ durant la quarantaine de minutes qu’a duré son discours, et n’a pas cité le programme libéral une seule fois.

Accompagné des cinq candidats péquistes de la région, Jean-François Lisée a mis en garde les électeurs souverainistes qui voudraient voter pour le parti dirigé par François Legault. Selon M. Lisée, le cadre financier de la CAQ, publié samedi, ne tient pas la route. Jean-François Lisée a qualifié ce document de « brouillon » et s’est amusé à démontrer ce qui représente, selon lui, des incongruités.

Jean-François Lisée a opposé le programme du PQ à celui de la CAQ lors de sa première visite dans la région.

« Là, on a en chiffres, la recette de l’austérité caquiste. Elle est devant nous, elle nous regarde. Comme lorsqu’on regarde dans un précipice. Moi, je veux que tous les Québécois qui pensent voter CAQ réfléchissent aux années de compression et de déficit de compassion des dernières années », a affirmé M. Lisée.

Le chef du Parti québécois a accordé le même traitement au programme de la CAQ en matière d’immigration, de garderie ou même encore de service aux aînés.

Du pouvoir aux régions
Jean-François Lisée a réitéré les promesses péquistes, faites la semaine dernière sur la Côte-Nord, de redonner le pouvoir aux régions. Le député de Rosemont a rappelé qu’avant d’être un député montréalais, il a vécu à Thetford Mines. « Je ne suis pas du tout hors de mon élément quand on parle des régions, de leur vitalité, de l’importance d’avoir une qualité de vie éducative et culturelle » a-t-il indiqué.

Le chef péquiste a remis en question les critères imposés par le gouvernement provincial quant à la manière dont les régions dépensent leurs budgets consacrés au développement. « Pourquoi est-ce qu’il faudrait qu’il y ait des permissions à donner ? », a affirmé M. Lisée, qui croit qu’il faut laisser les élus locaux décider de la manière dont ils entrevoient leur développement.

Lundi, Jean-François Lisée tiendra une conférence de presse dans laquelle il annoncera les engagements du Parti québécois en matière d’environnement et de lutte aux changements climatiques. M. Lisée fera ensuite campagne avec ses candidats du Lac-Saint-Jean.