L’inclusion, la mission d’Entre-Êtres

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
L’organisme Entre-Êtres a lancé mercredi « Va SAVOIR ! », de nouveaux ateliers participatifs pour soutenir l’implication citoyenne et l’inclusion des personnes marginalisées ou à risque de l’être.

Pour cette première journée, les invités ont pu entendre les témoignages des participants et de personnes ressources. Les ateliers participatifs ont pour but d’approfondir une réflexion citoyenne sur des enjeux de société, tout en suscitant le passage à l’action des participants.

« Passer du JE au NOUS. Ils visent également à valoriser le potentiel des personnes, questionner les préjugés, envers soi, envers les autres et ceux issus de la société, favoriser le partage des savoirs et optimiser le pouvoir d’agir des personnes participantes », a souligné la coordonnatrice d’Entre-Êtres, Delphine Malempré, par voie de communiqué.

Le projet de l’organisme a été rendu possible, entre autres, grâce à un financement de 160 000 $ du Fonds québécois d’initiatives sociales du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, dans le cadre de l’Alliance pour la solidarité.

Selon elle, les personnes marginalisées sont souvent pleines de potentiel que la société se doit d’exploiter. « Les personnes marginalisées ou à risque de l’être sont les premières participantes et elles représentent le cœur des ateliers. L’organisme Entre-Êtres les considère comme des personnes citoyennes à part entière, remplies de potentiel à révéler, et les place au cœur de ses idéaux. Être ensemble pour une société inclusive et mixte par l’exercice d’une pensée critique, une coconstruction du savoir et un renforcement du potentiel créatif, c’est le point de mire du projet. »

De son côté, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a dit vouloir favoriser l’inclusion sociale de tous. « En finançant les ateliers participatifs Va SAVOIR !, nous favorisons l’inclusion sociale de l’ensemble des citoyens, ce qui est directement lié à l’objectif des alliances pour la solidarité. De cette manière, l’organisme Entre-Êtres permettra aux personnes marginalisées de prendre davantage la place qui leur revient dans la société. La pertinence de ce projet vient réaffirmer notre confiance envers les acteurs locaux pour identifier les besoins des communautés et y répondre concrètement », a commenté M. Boulet dans un communiqué.

Pour l’instant, le projet est d’une durée de trois ans, mais l’organisme souhaite déjà le renouveler au-delà de 2023.