Lina Boivin a terminé la course avec 29,5% des voix. Elle est ici en compagnie de Richard Hébert, député de Lac-Saint-Jean.

Lina Boivin triste pour le premier ministre

Le poids politique et la popularité du premier ministre Justin Trudeau n’auront pas permis au Parti libéral du Canada de renouveler l’élection d’un député libéral dans Chicoutimi–Le Fjord, alors que la candidate Lina Boivin a subi la défaite, tout en atteignant le score obtenu par l’ex-député Denis Lemieux.

Devant une trentaine de partisans libéraux réunis dans un bar du centre-ville de Chicoutimi, Mme Boivin a dignement encaissé la défaite, tout en félicitant le nouveau député du Parti conservateur élu de Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel. « Félicitations à M. Martel pour la façon dont il a gagné. C’est la loi de la démocratie. J’aurais voulu gagner. Je me voyais là, mais c’est le choix qu’ont fait les électeurs que je tiens d’ailleurs à remercier. »

Dans son discours, Mme Boivin a également remercié le premier ministre Trudeau et son épouse Sophie Grégoire pour le soutien apporté. « Lorsque j’ai vu que je perdais, je me suis dit : pauvre petit. En plus, ce sont des années difficiles avec les Américains », a déclaré la candidate défaite.

Mme Boivin dit avoir vécu une expérience incroyable, mais n’a pas caché qu’elle aurait aimé disposer de plus de temps pour faire campagne et se faire connaître davantage. « C’est ma première campagne. J’ai fait avec le temps que j’avais et j’ai monté l’équipe que je pouvais monter. J’aurais pris toutes les journées supplémentaires, mais ce n’est pas nous qui décidons. J’ai remporté mon investiture et je suis fière de ce que j’ai fait ».

À la lumière des résultats, elle constate que le vote a été très polarisé entre elle et Richard Martel, les autres partis ne récoltant que des miettes, comparativement à l’élection d’octobre 2015. Forte de l’expérience acquise, Mme Boivin ne ferme pas la porte à un éventuel retour à l’élection générale de 2019 tout en ne cachant pas qu’il est encore tôt avant l’élection. Selon elle, la défaite dans Chicoutimi–Le Fjord ne devrait pas avoir d’impact sur le gouvernement Trudeau, estimant qu’il est encore fort et ferme.

Présent à la soirée électorale, le député de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a mentionné qu’il fallait accepter la défaite puisque c’est l’électorat qui a décidé. M. Hébert a mentionné qu’il entend travailler en collaboration avec le nouvel élu pour faire avancer les dossiers des citoyens jusqu’à l’élection de 2019. « M. Martel aura à composer avec la réalité de ses nouvelles fonctions. Ça a été une belle lutte puisque Mme Boivin a travaillé fort. »

Tout comme la candidate défaite, M. Hébert ne croit pas que la perte de Chicoutimi–Le Fjord affectera le gouvernement Trudeau qui jouit encore d’un taux de popularité très élevé. « Nous allons travailler d’arrache-pied, mais l’élection générale au Québec sera déterminante pour celle du pays. Dans les Maritimes, nous avions obtenu 32 députés sur 32 députés », conclut-il.