Une vingtaine de personnes ont participé à la rencontre, une deuxième en quelques mois.

L'importance de faciliter l'intégration des immigrants

Samedi après-midi, une vingtaine de personnes s’étaient donné rendez-vous au Café Klimt, à Jonquière, pour discuter des moyens pour faciliter l’intégration des immigrants dans la région.

La majorité des intervenants étaient des immigrants. Ils ont noté la difficulté pour un adulte de développer des amitiés. Il s’agissait de la deuxième rencontre du genre en l’espace de quelques mois. Le rassemblement était une initiative d’un groupe qui n’est toujours pas officiel, Ambassade boréale, fondée par Carine Blenny et Dennis Seeldrayers, qui souhaite supporter les nouveaux arrivants de la région.

« On a fait plus d’une trentaine de rencontres avec des établissements scolaires, des entreprises et divers regroupements, mentionne Carine Blenny, une Française qui a quitté l’Hexagone en 2005 pour s’établir à Saguenay. Ça nous permet de définir ce qu’on veut faire. On veut faire une structure d’accueil pour les immigrants pour qu’ils se sentent bien dans la région. »

Les participants ont insisté sur la difficulté de tisser des liens avec les Saguenéens. Certains ont même confié avoir côtoyé un voisin ou des collègues de travail, pendant six mois, sans jamais pouvoir discuter avec eux. Toutefois, après les six premiers mois, ces gens de la région décidaient subitement de s’ouvrir à ces nouveaux immigrants.

« De façon générale, il y a une difficulté d’intégration, juge Carine Blenny. Ce n’est pas un manque de volonté des gens qui arrivent dans la région. On croit que la communauté doit devenir plus accueillante. C’est parfois difficile de percer la bulle des gens de la région au début, mais une fois que tu l’as percée, c’est plus facile de faire des rencontres et de faire des activités. »

Carine Blenny veut tout mettre en oeuvre pour améliorer la qualité de vie des immigrants dans la région.