Il y a eu de l'arrosage dans le secteur de L'Anse-à-Benjamin, mais la glace n'est toujours pas assez épaisse.

L'impatience gagne les pêcheurs

Quelques pêcheurs sur glace commencent à démontrer des signes d'impatience, alors que d'autres prennent leur mal en patience du côté des sites de pêche blanche de L'Anse-à-Benjamin et de Grande-Baie. Leur calvaire pourrait prendre fin d'ici six ou sept jours.
Malgré tout, il n'y a pas lieu de paniquer pour l'instant. L'embarquement des cabanes à pêche n'est pas nécessairement en retard en comparaison avec les dernières années.
Le feu vert avait été donné le 21 janvier, l'an dernier, pour la pêche aux petits poissons, et le 19 janvier pour le poisson de fond. En 2012, l'accord avait été donné le 18 janvier, alors qu'en 2011, ça avait commencé le 13 janvier. En 2010, l'embarquement avait eu lieu le 21 janvier. Rien d'alarmant encore.
Par contre, en 2003, 2004 et 2009, l'embarquement s'était effectué le 27 décembre (deux fois) et le 20 décembre. En 2007, il n'y avait pas eu de saison de pêche blanche.
Hier matin, dans le but d'augmenter l'épaisseur de la glace et de permettre l'embarquement le plus rapidement possible, les deux pompes, achetées par Saguenay pour arroser les secteurs de pêche, ont été mises en fonction du côté de L'Anse-à-Benjamin durant quelques heures.
« Mais nous avons arrêté l'opération en début d'après-midi. L'eau n'avait pas encore gelé et il ne servait à rien d'ajouter de l'eau par-dessus celle qui n'était pas gelée. Les pompes ont été rangées pour la nuit. Nous allons reprendre les opérations mardi matin », lance Marcel Lapointe, le président de l'Association de pêche blanche de L'Anse-à-Benjamin à La Baie.
Les responsables espèrent que les froids prévus pour les prochains jours permettront de leur donner les 12 pouces de glace (30 centimètres) nécessaires pour y embarquer les cabanes et les voitures.
« En attendant, on essaie de déneiger le secteur afin de donner un coup de main pour que la glace s'épaississe et que l'on puisse avoir accès à des chemins ouverts lorsque le feu vert sera donné », ajoute Marcel Lapointe, qui estime que Saguenay fait son possible pour permettre l'ouverture du site.
Du côté du secteur de Grande-Baie, aucun arrosage n'est planifié. « Et nous n'en avons pas besoin. Nous avons procédé au déneigement en fin de semaine et les fissures ont fait remonter de l'eau en surface. La situation s'est résorbée depuis ce temps », indique Richard Lavoie, président de l'Association de pêche blanche de Grande-Baie. « De nouvelles mesures devraient être prises mercredi et nous avons bon espoir que l'on puisse obtenir de bonnes nouvelles », ajoute-t-il.