Émilie Gaudreault mentionne que depuis le passage à l'émission Dans l'oeil du dragon, les ventes sont huit fois plus importantes

L'impact des Dragons se fait bien sentir

Depuis le passage à l'émission Dans l'oeil du dragon, les ventes des produits des Délices du Lac-Saint-Jean sont huit fois plus importantes.
<p>Délices du Lac-Saint-Jean</p>
«Ç'a été instantané comme réaction! Les ventes ont vraiment pris de l'ampleur, mais pas trop de manière fulgurante, ce qui a été un avantage afin de répondre adéquatement à la demande et d'ajuster notre production», mentionne l'une des copropriétaires, Émilie Gaudreault.
Après le «buzz» créé par le partenariat d'affaires, les choses se sont placées.
«Nous bénéficions de conseils très intéressants et Danièle Henkel nous donne un bon coup de main sans vouloir prendre le contrôle. Martin-Luc Archambault s'est un peu retiré du projet», mentionne-t-elle. Les deux Dragons ont acquis 25% des parts pour 25 000$.
Le chiffre d'affaires de la compagnie qui était de 160 000$ va donc augmenter considérablement en 2016.
Émilie Gaudreault mentionne que, quotidiennement, elle reçoit des appels de clients qui veulent ouvrir un compte pour vendre ou distribuer les confitures et autres gâteries de l'entreprise d'Albanel. «On accompagne nos nouveaux clients en les questionnant sur leur clientèle pour cibler les produits qui vont mieux leur convenir pour la vente. Le marché se développe bien, nous sommes très contents», mentionne celle qui est partenaire avec sa mère et sa soeur dans l'entreprise.
Délices du Lac-Saint-Jean a eu une offre de distribution de la part de Sobbeys, mais préfère attendre avant de s'associer avec un gros joueur.
Une sauce BBQ
Cet été, l'entreprise propose en quantité limitée une sauce BBQ à base de bleuet sauvage. «C'est ma tante Adèle qui excelle dans le mariage des saveurs qui m'a fait cette proposition. Le résultat est vraiment fantastique, je pense qu'il n'y a pas beaucoup de sauces BBQ qui sont faites avec comme ingrédient principal le bleuet sauvage. La touche de sirop d'érable donne une saveur particulière», mentionne-t-elle.
Il ne reste plus beaucoup de bouteilles à vendre. L'entreprise va en refaire en édition limitée l'an prochain. «Cette année, nous avons fait 120 caisses. On verra l'an prochain. Jusqu'à maintenant la réponse est très forte. Nous sommes contents», mentionne la sympathique entrepreneure.