L’agente de développement pour la Société canadienne du cancer, Meggie Gonthier, Roger Murray et sa conjointe Louise Lajoie, porte-parole des porteurs d’espoir, le président d’honneur Sabin Larouche, le directeur général des Caisses Desjardins d’Alma, Richard Villeneuve, ainsi que Daniel Turcot, membre du comité organisateur du Relais pour la vie Lac-Saint-Jean Est, ont présenté les détails de la 14e édition de l’événement.

L’humain face au cancer

Pour une 14e année, la Société canadienne du cancer (SCC) organise son plus gros levier de financement avec le Relais pour la vie Lac-Saint-Jean Est, le 7 juin, au centre multisports d’Alma.

Les détails de l’événement ont été dévoilés mercredi avant-midi, dans le cadre d’une conférence de presse présentée dans les bureaux de la MRC Lac-Saint-Jean Est. Encore cette année, plus de 500 personnes sont attendues et l’objectif est d’amasser 160 000 $, redistribués dans la recherche sur le cancer et le soutien aux personnes affectées par la maladie.

Agente de développement au bureau régional de la Société canadienne du cancer, Meggie Gonthier a rappelé que le Relais pour la vie était l’occasion de rassembler, pendant 12 heures (entre 19 h le 7 juin et 7 h le 8 au matin), des humains, unis pour une même cause, mais avant tout tournés vers les échanges et le partage.

Porteuse d’espoir

Cette année, la Société canadienne du cancer s’est tournée vers Louise Lajoie pour assumer le titre de porte-parole des porteurs d’espoir. La courtière immobilière a vaincu le cancer en 2008, quand une tumeur bénigne au cerveau a changé sa vie.

Mme Lajoie affrontait alors le cancer pour une deuxième fois, puisque son mari, Roger Murray, a été touché par un lymphome hodgkinien en 1996. Un cancer qu’il a vaincu, à un moment où le taux de guérison était de 80 pour cent. Aujourd’hui, il se situe à 98 pour cent.

« J’étais très émotive quand on m’a demandé d’être porte-parole, a reconnu Louise Lajoie. C’est de se replacer dans ses émotions. Même si le cancer frappe aussi fort, il y a plus de gens qui s’en sortent et il y a plus de traitements offerts. Tout ça, c’est grâce à la recherche. C’est une belle occasion de démontrer qu’il y a de l’espoir et qu’il est possible de reprendre notre vie, même si elle est mise sur pause pendant la lutte contre la maladie. »

Même si son implication dans le Relais pour la vie ravive certains souvenirs douloureux, Louise Lajoie n’a pas hésité à accepter l’invitation de la Société canadienne du cancer. Au fil des ans, elle a cheminé dans un processus qui lui permet aujourd’hui de bien gérer la situation.

Participante au Relais pour la vie à la mémoire de la mère de son conjoint, elle a mis du temps avant d’être capable de mettre son nom sur la maladie. Le rassemblement organisé par la Société canadienne du cancer l’a aidée à le faire.

« On est tout le monde avec nos pensées tristes et pendant la marche, ça donne l’impression qu’on a le droit de partager toutes ces pensées. Ça nous permet de passer à autre chose », a observé Louise Lajoie.

Directeur général de la MRC Lac-Saint-Jean Est, Sabin Larouche a accepté la présidence d’honneur de cette nouvelle édition du Relais pour la vie. Admiratif devant tous ces gens qui se dressent devant la maladie, il a salué l’apport de la Société canadienne du cancer pour les personnes touchées.

« J’ai perdu ma mère il y a quelques années d’un cancer fulgurant et à ce moment, j’ai vécu beaucoup de frustration et de révolte, a avoué M. Larouche. C’est une belle occasion de tirer un trait sur ces fâcheux événements. »