Mardi soir, un homme a été sérieusement battu dans son logement de la rue Racine pour une raison qui demeure encore nébuleuse.

L'homme battu mardi dernier en est à sa deuxième raclée

L'homme tabassé dans son logement de la rue Racine, mardi, en est à une deuxième raclée en moins de deux mois.
Jean-Claude Gingras junior et Richard Tremblay ont été accusés d'introduction par effraction dans le but de commettre des voies de fait et de harcèlement criminel à la suite de la bagarre dans un appartement de la rue Racine, à Chicoutimi.
Mardi soir, un homme a été sérieusement battu dans son logement pour une raison qui demeure encore nébuleuse.
À la suite de l'altercation, les deux individus ont été arrêtés par les policiers de Saguenay. Gingras, âgé de 45 ans, et Tremblay, qui a 53 ans, ont comparu devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec.
« Un homme a été battu, mais les circonstances entourant cette histoire sont nébuleuses pour le moment. Il reste des choses à éclaircir », ont soutenu Me Julien Boulianne (Gingras) et Me François Dionne (Tremblay).
Selon les informations disponibles, les deux agresseurs se seraient rendus au logement de leur victime pour une histoire de vol.
Mais l'homme agressé n'a pas semblé comprendre ce qui se passait. Il a plutôt laissé voir que le vol devait être relié avec un autre événement survenu en début d'année. 
Il avait là aussi été tabassé par un individu qui a récemment comparu au palais de justice.
En attendant que toute l'histoire soit éclaircie et que la preuve complète soit remise aux procureurs, Gingras a pu recouvrer sa liberté, car il a été en mesure de fournir une nouvelle adresse. Il ne pouvait se trouver dans l'environnement immédiat de la victime.
Quant à Tremblay, il devrait être en mesure de fournir les garanties nécessaires, jeudi matin, afin de quitter la prison.