L'an dernier, le conseiller municipal jonquiérois Jonathan Tremblay a ouvert un véritable panier de crabes en lançant l'idée de célébrer l'Halloween le dernier samedi du mois à Saguenay. Au terme d'une consultation menée par l'élu, le statu quo va demeurer cette année et les enfants partiront à la chasse aux bonbons le 31 octobre.

L'Halloween restera le 31 octobre à Saguenay

Les enfants de Saguenay continueront de célébrer l'Halloween le 31 octobre, même s'il s'agit d'un jour de semaine.
La proposition du conseiller municipal Jonathan Tremblay, qui, l'an dernier, a suggéré de changer la date de la collecte de bonbons à la grandeur de la ville pour qu'elle ait lieu le dernier samedi du mois, n'a pas remporté la faveur populaire.
Invité à faire le point dans ce dossier qui a provoqué tout un débat à la grandeur du Québec il y a un an, l'élu a confirmé que la consultation publique s'est soldée par une situation de statu quo. Des organisations ont été jointes par voie de lettre et ont été invitées à se positionner. Comme l'explique le conseiller, la Commission scolaire de La Jonquière, par la voix de son conseil des commissaires, a refusé la proposition. La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et le regroupement régional des centres de la petite enfance (CPE) n'ont pas voulu se mouiller et sont demeurés neutres sur la question. 
« Dans cette optique, c'était embêtant. Il aurait fallu qu'au moins deux organismes sur trois soient emballés par le projet, ce qui n'a pas été le cas. C'est le principe de la démocratie qui prévaut et je vais toujours respecter ça. Pour que ça aille de l'avant, j'avais besoin d'appuis et je n'imposerai certainement pas ça à la population », a assuré Jonathan Tremblay.
Un débat polarisé
Même s'il ne s'agit pas d'un enjeu vital, la proposition de changer la date de la collecte des bonbons a engendré un débat polarisé à Saguenay, puis partout Québec. Plusieurs municipalités ont ouvert les canaux de discussion et dans certaines régions, notamment en Abitibi, des villes ont choisi de fêter l'Halloween le  dernier samedi du mois. Des gens se sont exprimés avec véhémence à ce sujet et continuent de le faire sur les réseaux sociaux. Jonathan Tremblay signale qu'en quatre ans de vie politique, jamais un enjeu ne lui a valu autant de messages, qu'ils aient été haineux ou positifs. 
Pour cette année, le débat est clos, mais Jonathan Tremblay n'écarte pas la possibilité de revoir le tout éventuellement, si la population le désire. 
« On verra dans quelle direction ça évolue. Il y a aussi toute la dimension du sentiment d'appartenance aux quartiers qui entre en ligne de compte. On s'aperçoit que de plus en plus de familles quittent leur quartier pour aller passer ailleurs », note Jonathan Tremblay, qui, à pareille date l'an dernier, s'est retrouvé sur toutes les tribunes pour expliquer sa proposition.