Les enfants pourront visiter le Centre d’interprétation avicole et les poules pondeuses et cueillir leurs oeufs.

L'Expo agricole lancée

Pour une 98e année, les agriculteurs du Saguenay, de Baie-Saint-Paul et de La Malbaie se donnent rendez-vous au Centre Georges-Vézina et au Pavillon de l’agriculture pour la tenue de la 98e édition de l’Exposition agricole de Chicoutimi, avec ses manèges, ses animaux de ferme et son atmosphère de fête.

L’inauguration a eu lieu mercredi midi sous la présidence d’honneur de Jonathan Garant, propriétaire de Zone Kubota et de Robin Gilbert, président et propriétaire de la Ferme Gilaro, de Jonquière.

Louis-Joseph Jean, directeur général de la 98e Expo agricole de Chicoutimi, espère un achalandage comparable aux années passées, malgré les travaux effectués par Saguenay à l’intersection de la rue Newton et du boulevard de l’Université.

Comme c’est le cas depuis les 22 dernières éditions, Louis-Joseph Jean, 87 ans, assume la direction générale de l’événement dont l’accès est gratuit pour le grand public.

En entrevue, M. Jean a mentionné que l’Expo agricole est l’endroit idéal pour les parents d’inciter leurs enfants à délaisser les tablettes électroniques et téléphones cellulaires afin de les familiariser aux animaux de la ferme.

Cette année, la petite famille pourra visiter le Centre d’interprétation avicole aménagée dans une semi-remorque, explique M. Jean. La présence de poules pondeuses permet de recueillir les oeufs et de suivre la chaîne de traitement de ceux-ci, du nettoyage jusqu’à l’inspection à l’aide de mire. « Les enfants viennent voir les animaux qu’ils n’ont jamais vus. Notre exposition est surtout éducative plutôt que récréative », explique M. Jean.

M. Jean prévoit qu’entre 50 et 60 agriculteurs se déplaceront avec leurs vaches Holstein, Ayrshire et Jersey pour les traditionnels concours de jugement d’animaux en dépit du fait que le moral des producteurs n’est pas à son meilleur.

M. Gilbert a mentionné que dans les derniers mois, les producteurs laitiers ont été confrontés à une baisse des prix du lait ainsi que des quotas en raison de la surproduction au niveau canadien. La situation a obligé certains producteurs à se départir de certaines génisses.

La cerise sur le sundae est la sécheresse actuelle qui devrait résulter en l’absence d’une seconde coupe de foin et l’absorption de coûts supplémentaires puisqu’il faudra importer le fourrage sur de longues distances.

Malgré tout, contre mauvaise fortune, bon coeur, M. Gilbert mentionne que les cinq jours de l’Exposition agricole constitueront des vacances et l’occasion d’échanger avec d’autres agriculteurs du Saguenay.

En ce qui a trait à la participation du public, M. Jean prévoit une baisse d’achalandage en raison des travaux qu’effectuent présentement les employés de Saguenay à l’intersection de la rue Newton et du boulevard de l’Université qui pourraient constituer une barrière pouvant empêcher les automobilistes de se stationner à l’UQAC.

La baisse pourrait être compensée par la présence des manèges, selon M. Jean, puisque la prévente de bracelets chez les épiciers IGA a atteint des records.