L'événement Chasse aux panaches annulé

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le grand point de rassemblement des chasseurs de la région, «La chasse aux panaches» de Rivière-Éternité, n’aura pas lieu cette année, en raison de l’incertitude associée à la seconde vague de pandémie qui commence à déferler.

Ainsi en a décidé le conseil d’administration de l’Association Chasse et pêche de Rivière-Éternité, présidée par Denise Dufour.

En entrevue, la dame qui cumule plus d’une vingtaine d’années d’expérience de la chasse, a expliqué que le concours de panaches, qui devait se tenir le 24 octobre prochain au chalet des loisirs de la municipalité, est annulé après avoir analysé de long en large l’organisation de l’activité en temps de COVID-19. «De semaine en semaine, les conditions de la Santé publique changent. Cette semaine, on est en région verte. Le 24 octobre, on sera peut-être dans le rouge», évoque-t-elle.

De plus, l’organisation de la Chasse aux panaches requiert la vente de billets lors de l’achat du permis de chasse, la recherche de commandites, etc., des efforts qu’elle ne voudrait pas voir anéantis le 24 octobre prochain. «C’est un gros rassemblement. On donne 20 000 $ en prix de toutes sortes. On a des prix de présence et on fait tirer un VTT», précise-t-elle.

Outre ces aspects, Mme Dufour ajoute qu’il devient difficile de contrôler les allées et venues des chasseurs qui entrent et qui sortent du chalet des loisirs avec la tenue d’un registre qui doit être à jour de 13h jusqu’au petit matin.

Mme Dufour avoue que c’est à contrecoeur que la décision a été prise puisque «La chasse aux panaches» attire à chaque événement de 350 à 400 chasseurs, provenant principalement de la région, mais aussi du Nouveau-Brunswick et de la Côte-Nord.

La présidente mentionne que son association sportive ne devrait pas subir de conséquences financières à la suite de l’annulation de l’activité puisque tout l’argent récolté pour l’organisation était remis aux participants. «C’est un événement à but non lucratif, mais il n’en demeure pas moins qu’il contribuait à l’activité économique du village avec les gens qui achètent au dépanneur pour la vente d’essence, de bière, etc.», rappelle-t-elle.

Même si l’événement est annulé, l’association de chasse et pêche a décidé d’organiser un concours de photographies sur Facebook. Le concours a été lancé mardi pendant la journée.

+
PRUDENCE EN FORÊT, RAPPELLE LA SQ

À quelques jours du début de la chasse à l’orignal, la Sûreté du Québec (SQ) tient à rappeler certaines mesures de sécurité dans les milieux isolés, alors que les opérations pour des chasseurs disparus sont toujours fréquentes à cette période de l’année.

Dans un communiqué émis mardi, la SQ a partagé une série de précautions à prendre avant de s’aventurer dans le bois, particulièrement dans les endroits qui sont plus difficiles d’accès. Porter des vêtements adéquats, prévoir un moyen de communication, partager l’itinéraire prévu à ses proches, éviter les secteurs qui sont moins familiers et consulter la météo avant de partir font partie des conseils mentionnés, en plus de se munir d’une trousse de survie, d’une carte et d’une boussole et/ou un GPS.

Le service de police provincial appelle aussi à la vigilance concernant l’utilisation des armes à feu. Le propriétaire de l’arme et ses acolytes doivent toujours porter des vêtements voyants, et lorsque le moment est venu d’appuyer sur la détente, le tireur doit avoir une identification visuelle claire de la cible.

La courtoisie est également de mise entre les chasseurs, dans le sens où tout chasseur a le droit de pratiquer l’exercice sur un territoire public. Si un proche a un doute sur la santé ou la sécurité d’un des leurs, il peut communiquer au 1 800 731-4000. La ligne est confidentielle et chaque appel fait l’objet d’une analyse.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la chasse à l’orignal, que ce soit à l’arme à feu, à l’arbalète ou à l’arc, débute le 26 septembre et prend fin le 16 octobre. (JONATHAN HUDON)