Le bas prix de l’essence se maintient en raison d’un marché local à la ­compétition fort agressive, bien que des fluctuations s’observent présentement aux quatre coins de la région.

L'essence moins chère à Chicoutimi

Les automobilistes du Saguenay–Lac-Saint-Jean peuvent se réjouir : le prix qu’ils paient à la pompe est inférieur à la tendance provinciale et sous le prix réaliste, fixé à 130,8 dollars le litre par CAA-Québec.

D’importantes disparités sont toutefois constatées aux quatre coins de la région alors que l’essence se vend autour de 1,21 $ le litre à Chicoutimi. Des écarts de près de huit sous sont visibles à travers la région. L’environnement très compétitif face au prix directeur serait en cause, une situation avantageuse pour les automobilistes.

Selon le site Gas Buddy, le prix de l’essence s’est maintenu autour de 1,21 $ au cours du mois de juillet à Saguenay, une situation qui, au départ, avait été attribuée à la venue d’un nouveau joueur (Mobil) sur le boulevard Talbot à Chicoutimi, mais qui, somme toute, serait liée à un marché très agressif au niveau local. Joint lundi matin, Benoit Tremblay, coordonnateur aux ventes chez Nutrinor Énergies, affirmait que cinq succursales appartenant à la filière régionale, établies sur le territoire saguenéen, affichaient vendredi un prix tournant autour de 1,21 $/litre, alors que d’autres s’approchaient du prix directeur, qui devrait être de 1,29 $.

« Bien qu’il y ait des variations régionales, les usagers demeurent avantagés. Bien entendu, on constate que certains font le détour pour faire le plein à prix moindre, mais Nutrinor Énergies bénéficie tout de même d’un capital de sympathie en raison de son appartenance régionale », explique celui qui ajoute que l’arrivée de Mobil pouvait initialement expliquer une baisse des prix, mais que cette bannière a récemment tenté une augmentation des prix, sans succès. Le prix réaliste devrait être 1,34 $, une donnée partiellement corroborée par l’outil Info essence de CAA-Québec, qui le fixe à 1,30 $.

Conseiller en communication chez CAA-Québec, Pierre-Olivier Fortin affirme que cette situation est idéale pour les consommateurs.

« Les automobilistes ressentent habituellement des frustrations parce que le prix du carburant augmente sans qu’ils puissent comprendre vraiment pourquoi, mais aujourd’hui, le marché local et ses fluctuations privilégient clairement ceux-ci », termine Pierre-Olivier Fortin.