L’UQAC déconseille à son personnel et à ses étudiants de voyager dans les pays à haut risque touchés par le coronavirus.

Les voyages dans les pays à risque déconseillés

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) déconseille à son personnel et à ses étudiants de voyager dans les pays à haut risque touchés par la pandémie de coronavirus. Le Comité de sécurité de l’établissement travaille sur un plan afin d’évaluer la mise en place de mesures supplémentaires.

L’UQAC déconseille désormais de voyager en Italie, en Iran et en Chine, une mesure qui s’ajoute à la suspension des programmes délocalisés en Chine adoptée il y a près de deux mois. Les personnes qui reviennent de voyage et qui présentent les symptômes d’une grippe sont invitées à informer l’institution, à consulter et à s’isoler pendant 14 jours pour une quarantaine préventive, si nécessaire.

« Mais là, plus que ça, on est en train de suivre la situation de très près et de voir quel type de mesures on va mettre de l’avant pour peut-être un peu plus contraindre la mobilité entrante et sortante sur le campus », a expliqué Marie-Karlynn Laflamme, directrice du Bureau des affaires publiques.

La gradation des mesures sera également évaluée. Le Comité de sécurité devrait tenir une rencontre quotidienne afin de suivre la situation. L’UQAC a d’ailleurs créé une page consacrée au coronavirus (www.uqac.ca/coronavirus) qui permettra à la population universitaire de s’informer. Des communications internes seront envoyées.

L’institution devra par exemple réfléchir à la mobilité entourant la tenue de certains événements, tels que la collation des grades prévue à la fin du mois d’avril, pendant laquelle plusieurs proches d’étudiants étrangers assistent à la cérémonie.

+

UN PLAN D'URGENCE DE LA GRIPPE A (H1N1) POURRAIT ÊTRE RÉACTIVÉ À SAGUENAY

Saguenay pourrait réactiver un plan d’urgence mis sur pied il y a une dizaine d’années lors de l’épidémie de grippe A (H1N1) si la pandémie de coronavirus affecte la région.

 « Une équipe avait travaillé à établir un plan de continuité des opérations en cas de pandémie pour assurer les services essentiels de la Ville et assurer la protection des intervenants de première ligne », a expliqué Stéphane Bégin, attaché de presse au cabinet de la mairesse de Saguenay Josée Néron, lors d’un entretien avec Le Quotidien. 

En 2009-2010, Saguenay avait notamment acheté des masques chirurgicaux, qui ont été conservés depuis et qui sont toujours en bon état.

 Aucune mesure restreignant les voyages liés au travail ou personnels n’a été émise par Saguenay pour l’instant. 

Les déplacements professionnels à l’étranger sont évalués selon les destinations.

CS DE LA JONQUIÈRE: UN ÉLÈVE ET DEUX ENSEIGNANTS À LA MAISON 

Deux enseignants qui travaillent dans des écoles polyvalentes de Jonquière et un élève de l’École polyvalente d’Arvida devront rester 14 jours à la maison après avoir fait un voyage en Italie, le troisième pays le plus touché par le coronavirus. 

Selon ce que rapporte ICI Radio-Canada Saguenay–Lac-Saint-Jean, le trio est allé à l’école mercredi, après qu’au moins l’une d’elles ait proposé de rester à la maison pour éviter toute possible contamination. 

La Commission scolaire De La Jonquière leur avait demandé de faire comme à l’habitude puisqu’ils ne présentaient pas de symptômes de la maladie. 

Le premier ministre François Legault a cependant indiqué en milieu de journée que toutes les personnes qui revenaient d’un pays à risque allaient être isolées pendant deux semaines, selon une nouvelle directive de santé publique.  

+

LES MESURES CHEZ RIO TINTO

Rio Tinto a adopté différentes mesures de prévention en lien avec la pandémie de coronavirus. 

Selon les cas, la multinationale a demandé à des équipes de réévaluer la nécessité de voyager et des voyages non essentiels ont été reportés dans certaines régions. 

« Dans certains pays, il a été conseillé aux employés qui retournent au travail après un voyage professionnel ou personnel dans certaines régions et certains pays d’en informer leur supérieur et de travailler à domicile pendant 14 jours », a indiqué Malika Cherry, conseillère relations avec les médias Canada et États-Unis, dans un courriel transmis au Quotidien. 

Les mesures ont été « spécifiques aux zones géographiques » touchées et conformes aux conseils du gouvernement et des autorités locales.