Le directeur régional de l’AVEQ, Claude Gauthier, proposait des balades en Tesla.

Les voitures électriques: l'autonomie, la plus grande préoccupation

L’autonomie et la durée de vie de la batterie sont ce qui préoccupe le plus les potentiels propriétaires d’une voiture électrique. C’est pour démystifier certains mythes encore bien tenaces que le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CREDD) et l’Association des véhicules électriques (AVEQ) avaient organisé un événement d’essais routiers, jeudi, à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Plusieurs personnes s’y sont déplacées pour monter à bord et essayer la dizaine de véhicules en démonstration.

« On se fait vraiment beaucoup questionner sur l’autonomie. Ici, les gens nous demandent surtout si on est capables de passer le parc des Laurentides ! », explique Luc Chiasson, chargé de projet au CREDD.

Plusieurs personnes ont participé à l’événement.

La réponse est oui, pour la plupart des modèles, qui offrent en moyenne une autonomie de 400 kilomètres maintenant. Quant à la durée de vie d’une batterie, elle est de 10 ou 15 ans, a fait valoir le directeur régional de l’AVEQ, Claude Gauthier.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, un peu moins de 1000 personnes sont propriétaires d’un véhicule électrique. « Ce n’est pas un pourcentage très élevé, mais ça s’améliore chaque année. On sent que les gens sont de plus en plus intéressés par cette option, mais on est encore une région de pick-up et de VUS », a indiqué Claude Gauthier, ajoutant que les crédits d’impôt offerts par les deux paliers de gouvernements et qui peuvent atteindre un remboursement de 13 000 $ incitent les gens à se tourner vers les véhicules électriques.

Plusieurs personnes ont participé à l’événement.

Aspect environnemental

Les organisateurs n’ont pas beaucoup été questionnés sur l’aspect environnemental, au cours de l’activité. Pas de question sur le fait que la construction d’une voiture électrique serait plus polluante que construire une voiture à essence. Sur ce point, Marc Gauthier a précisé que l’impact environnemental, à la longue, est nettement plus intéressant. Pour une voiture électrique qui parcourt 320 000 kilomètres, on parle d’une émission de 14 tonnes de gaz à effet de serre, comparativement à 170 tonnes pour une camionnette et 80 tonnes pour une voiture de marque Honda Civic.