Les prisons du Québec, comme celle de Roberval, possèdent des mesures d’urgence en cas de pandémie.
Les prisons du Québec, comme celle de Roberval, possèdent des mesures d’urgence en cas de pandémie.

Les visites sans contact seront privilégiées dans les prisons 

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
La santé et la sécurité des employés des prisons, des détenus et de leurs visiteurs préoccupent aussi le ministère de la Sécurité publique. Les prisons provinciales, dont celle de Roberval, sont dotées de mesures d’urgence, advenant le cas de pandémies. Les transferts entre établissements sont actuellement limités, de même que les déplacements à l’intérieur même de la prison. Et bien que les visites ne soient pas suspendues, celles sans contact sont privilégiées.

Le ministère de la Justice a annoncé, vendredi en fin de journée, la suspension de plusieurs activités des palais de Justice, notamment les procès. Le ministère de la Sécurité publique suit également les recommandations gouvernementales, en ce qui a trait à la situation dans les prisons.

« Les personnes prévenues continuent d’être conduites dans les palais de justice pour y comparaître lorsque leur présence est requise par le tribunal. L’utilisation de la visiocomparution et des visioparloirs pour les rendez-vous avec les avocats sont toutefois privilégiées dans la mesure du possible, et ce, en accord avec nos partenaires judiciaires », a affirmé Louise Quintin, relationniste au ministère de la Sécurité publique, lorsque questionnée par Le Progrès à propos de la santé et la sécurité des détenus de Roberval.

Les visites aux détenus sont toujours permises, mais celles sans contact sont priorisées.

Il n’a pas été possible de savoir si des détenus ou prévenus présentaient des symptômes ou si certains avaient été testés pour la COVID-19.

Rappelons qu’en Italie, des émeutes ont éclaté dans les prisons, puisque les visites avaient été suspendues jusqu’à nouvel ordre et que certains détenus craignaient d’être infectés.

« La Direction générale des services correctionnels suit de près le dossier et ses équipes s’affairent à mettre en place les mesures appropriées pour faire face à cette situation exceptionnelle. La situation est réévaluée régulièrement et les orientations sont susceptibles de changer rapidement », a ajouté Mme Quentin, dans un échange de courriels avec Le Progrès.