Les villégiateurs étaient nombreux à faire un arrêt au poste d’accueil de la ZEC des Passes-Dangereuses, vendredi matin, après que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ait permis, de nouveau, l’accès à ce territoire
Les villégiateurs étaient nombreux à faire un arrêt au poste d’accueil de la ZEC des Passes-Dangereuses, vendredi matin, après que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ait permis, de nouveau, l’accès à ce territoire

Les villégiateurs constatent l'ampleur des ravages

Après une vingtaine de journées d’attente, les villégiateurs du secteur de Chute-des-Passes, au nord du Lac-Saint-Jean, peuvent enfin s’y rendre afin de constater l’ampleur des ravages causés par l’imposant feu de forêt d’origine récréative. La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) distribuait de l’information à ceux qui se présentaient à l’entrée du territoire forestier situé aux limites de la municipalité de Saint-Ludger-de-Milot.

Ils étaient nombreux à s’arrêter au poste d’accueil de la ZEC des Passes-Dangereuses, vendredi matin, après que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ait permis de nouveau l’accès au territoire. Certains villégiateurs avaient chargé leurs véhicules pour un séjour de pêche alors que d’autres faisaient la route aller-retour dans l’objectif de constater les dégâts. 

Marc Gélinas, de Dolbeau-Mistassini, figurait parmi les premiers à se présenter au poste d’accueil de la Zec des Passes-Dangereuses. 

« Tout est brûlé. J’ai des photos de mon coin. Ce matin, ça prend des photos pour les assurances, pas des grosses assurances, mais ça couvre un peu, on espère », explique l’homme qui est propriétaire de ce chalet depuis 23 ans. 

Retraité depuis un an et demi, M. Gélinas n’a pas encore idée de ce qui l’attend pour la suite. L’an dernier, celui qui avoue avoir tout perdu a réalisé des travaux pour les installations septiques en compagnie de ses voisins. Il se console au moins de ne pas perdre ces investissements.

« J’avais tout terminé, il ne me restait qu’à m’amuser », a résumé Marc Gélinas avant de prendre la route en direction du kilomètre 99.

Des propriétaires de chalet mentionnaient aux employés de la ZEC des Passes-Dangereuses leur intention de gagner leur emplacement le plus rapidement possible afin d’en avoir le cœur net après des semaines d’attente. Quelques-uns avaient espoir d’avoir été épargnés par le brasier d’origine humaine.  

Des personnes rencontrées lors du passage du Quotidien étaient soulagées de retrouver leurs installations. Certains avaient tout de même hâte de constater de visu qu’il n’y avait aucun dommage. Un villégiateur qui se rendait beaucoup plus loin que le secteur incendié confiait avoir subi de lourdes pertes lors d’un feu de forêt en 2007. 

Des consignes à respecter 

Les villégiateurs qui se présentaient au poste d’accueil de la Zec des Passes-Dangereuses étaient accueillis par le personnel en place en plus de représentants de la SOPFEU. Le pompier forestier, Rénald Gobeil, qui en est à sa 46e saison, discutait avec les villégiateurs. Des cartes du secteur de Chute-des-Passes étaient également accessibles aux propriétaires de chalet de ce secteur afin de constater l’étendue de l’incendie, l’emplacement de chalet ainsi que diverses interventions. 

« On parle avec les gens qui se présentent et on remet un feuillet de sécurité. On s’informe de leur destination. On les informe aussi qu’ils peuvent entrer dans le périmètre en respectant les mesures de sécurité », précise Josée Poitras, agente à la prévention et à l’information à la SOPFEU.