Les amateurs de pêche blanche ont commencé à s’installer sur les glaces du lac Saint-Jean.

Les villages sur glace se préparent

Alors que le Village boréal de Saint-Félicien se prépare à accueillir ses premières maisonnettes dans une semaine et demie, le Village sur glace de Roberval, lui, ne sera pas prêt avant la mi-janvier. Si les conditions météorologiques ont été favorables pour l’un, elles ont nui à l’autre.

À Roberval, la neige a causé plusieurs maux de tête à la direction du Village sur glace. 

« Pour nous, c’est comme si on mettait de la laine minérale. La neige agit comme une sorte d’isolant, ce qui fait que l’eau ne se transforme pas en glace en dessous », illustre la directrice générale du Village sur glace de Roberval, Alexandra Gosselin.

En raison du mince couvert de glace, il a fallu utiliser de l’équipement plus léger, soit un véhicule tout-terrain équipé d’une gratte, pour souffler la neige. L’organisation estime malgré tout que si le temps froid se poursuit, la situation devrait se stabiliser. La direction du village a établi que la glace devait avoir au moins 16 pouces d’épaisseur pour donner l’aval aux propriétaires de maisonnettes de s’installer.

« Ça varie beaucoup parce qu’on est comme dans une baie. Lorsqu’on a mesuré pour la dernière fois, il y avait des endroits où il y avait à peine trois pouces de glace, alors qu’à d’autres, ça pouvait atteindre 10 pouces », soutient la directrice générale. Mme Gosselin compte y retourner très prochainement afin de prendre connaissance de l’évolution des conditions.

Le Village sur glace de Roberval compte normalement entre 140 et 150 maisonnettes et accueille 50 000 visiteurs chaque année. L’an dernier, il avait ouvert ses portes au public le 14 janvier.

Différent à Saint-Félicien

À Saint-Félicien, la température froide des dernières semaines a facilité la tâche aux bénévoles et employés qui préparent le Village boréal. À certains endroits, la glace a presque 15 pouces d’épaisseur.

La présidente du site, Lyne Tremblay, estime que le village sera prêt à accueillir les quelque 70 maisonnettes à compter du 6 ou 7 janvier, soit à la même période que l’an dernier. 

« La différence, c’est que cette année à cause du froid, on n’a pas eu à arroser autant pour produire de la glace », assure Mme Tremblay. 

Le secteur qui accueille les cabanes doit avoir au moins 12 pouces d’épaisseur. L’endroit où sera établi le chalet principal, où les gens peuvent se réchauffer, doit quant à lui compter au moins 18 pouces de glace. « Une équipe doit commencer aujourd’hui à arroser le périmètre où sera installé le pavillon Desjardins. Elle devrait normalement continuer son travail jusqu’au jour de l’An », précise Lyne Tremblay. 

Le Village boréal comprend également une patinoire, une glissade et un sentier en forme d’anneau pour les marcheurs. 

Alain Beaudet et son petit-fils Zachary sont deux mordus de pêche.

Des cabanes à pêche installées sur le lac

Les amateurs de pêche blanche ont commencé à installer leurs cabanes à plusieurs endroits sur le lac Saint-Jean, notamment à Saint-Gédéon, Métabetchouan et Dolbeau-Mistassini.

Alain Beaudet a placé la sienne à une centaine de mètres de la rive il y a une semaine dans le secteur Vauvert. Il a percé cinq trous dans la glace afin de taquiner le poisson et déjà, plusieurs dorés et un brochet ont mordu à l’hameçon. 

«Pour nous, c’est une tradition familiale. On se rassemble ici, on allume un feu tout en gardant un oeil sur nos lignes. Puis on connaît les autres propriétaires de cabane et on se rend visite», lance M. Beaudet. 

Il se souvient que l’an dernier, il avait dû attendre à la mi-janvier pour commencer sa saison de pêche blanche. 

Déplacement vers le centre du lac

«L’épaisseur de la glace est d’environ huit pouces en ce moment où on se trouve. Dans moins de deux semaines, la glace devrait être assez épaisse pour que je puisse amener ma cabane un peu plus vers le centre du lac», prévoit-il. Tout comme lui, une cinquantaine de mordus de pêche s’installent à environ huit kilomètres au large de Vauvert durant l’hiver. La saison de pêche blanche a débuté le 20 décembre et se poursuit jusqu’au 31 mars au Lac-Saint-Jean.