Les trois maisons des aînés à l’intérieur d’un même projet

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La Société québécoise des infrastructures (SQI) évalue en ce moment les propositions des entreprises retenues dans le cadre du projet de construction des trois maisons des aînés à Chicoutimi, Alma et Roberval dont la facture pourrait dépasser les 150 M$.

La SQI a franchi une première étape dans le cadre de ce programme gouvernemental qui vise à transformer le modèle traditionnel des CHSLD en maison des aînés. Ce qui comprend à la base la construction de centres avec des ailes d’au maximum 12 résidents.

Un appel d’intérêt a été lancé auprès des entrepreneurs généraux du Québec. La SIQ a choisi le mode de construction, conception et réalisation et financement. Ce qui signifie que la proposition à l’étude en ce moment regroupe les trois maisons des aînés de la région dans un seul et unique projet.

Selon Martin Roy, du service des communications de la SQI, le nom des trois entrepreneurs généraux retenus pour soumettre des propositions ne peut être divulgué. Ces entreprises ont préparé des projets qui ont été déposés et il est probable que la société d’État fasse connaître le projet retenu dans quelques mois.

Il est toutefois important de préciser que ce type de projet n’est pas accessible à toutes les entreprises. En plus de réaliser la conception avec tout ce qui ça implique, l’entreprise doit supporter financièrement des montants importants pendant la construction même si des versements sont prévus à certaines étapes du contrat.

Le porte-parole de la SQI a cependant indiqué au Quotidien que la conception des projets n’est pas le seul fait des professionnels embauchés par les entreprises. Ces derniers doivent évidemment respecter les grandes lignes de conception élaborées par le gouvernement dans le cadre de cette nouvelle génération de CHSLD.

Le choix de réalisation de projet de la SQI avait soulevé des critiques chez les entrepreneurs généraux de la région. L’importance du contrat avec les sommes nécessaires pour supporter le financement, en plus de l’obligation d’avoir recours à des firmes professionnelles indépendantes pour tout le volet conception, écarte plusieurs candidats. Ce genre de projet est à la portée de firmes comme Pomerleau ou Cegerco.

Bloc opératoire à Dolbeau-Mistassini et Chicoutimi

Le CIUSSS a d’autre part début le processus pour la réalisation du projet de modernisation du bloc opératoire de l’hôpital de Dolbeau-Mistassini. Selon les informations transmises au Quotidien, il s’agit d’un projet de l’ordre de 50 M$ dont les travaux doivent débuter en août 2022 pour prendre fin en novembre 2023.

Le visage de l'hôpital de Chicoutimi est appelé à changer en raison d'un important projet d'investissement.

Le plus gros morceau du programme d’investissements du CIUSSS est la construction d’un nouveau bloc opératoire pour l’hôpital de Chicoutimi. Le CIUSSS n’a pas encore d’échéancier officiel pour ce projet majeur qui transformera le visage de l’hôpital avec l’ajout d’un nouveau bâtiment.

«Compte tenu de l’envergure du projet du bloc opératoire de l’hôpital de Chicoutimi, il est difficile de s’avancer actuellement sur un échéancier et un budget précis. On parle d’un projet de l’ordre de quelques centaines de millions qui s’échelonnera sur les prochaines années. Les travaux d’analyse de la solution immobilière sont en cours afin de pouvoir déposer le dossier d’opportunité au ministère de la Santé et des Services sociaux au printemps 2021», a indiqué le CIUSSS dans une réponse au Quotidien, en lien avec les projets d’immobilisation, présentement en préparation.

Selon les informations recueillies par Le Quotidien auprès de sources bien informées sur le projet, le futur bloc opératoire coûtera entre 300 et 350 M$. Contrairement au projet initial qui comprenait l’aménagement d’un nouveau bloc opératoire au-dessus de l’entrée actuelle de la rue de l’Hôtel-Dieu, le nouveau projet place le bâtiment du bloc opératoire à l’arrière de l’hôpital. Il devrait être érigé sur le site de l’actuelle salle mécanique de l’hôpital.

Une information additionnelle circule à l’effet que le projet comprenne également la construction d’un stationnement à étage pour augmenter la capacité du côté de la rue de l’Hôtel-Dieu en raison des pertes de stationnements qu’entraînera la construction d’un nouvel immeuble à l’arrière de l’hôpital.