Le chantier du complexe Aquagym se poursuit, malgré la pandémie de COVID-19.
Le chantier du complexe Aquagym se poursuit, malgré la pandémie de COVID-19.

Les travaux se poursuivent au Complexe Aquagym de Dolbeau-Mistassini 

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Même si plusieurs mesures préventives sont mises en place afin de limiter la propagation de la COVID-19, celles-ci ne forcent pas pour l’instant l’arrêt du chantier de construction du futur complexe sportif de Dolbeau-Mistassini.

La Ville confirme tout de même suivre la situation de près, mais que pour l’instant, aucun changement n’est prévu. Par contre, tout pourrait changer si elle devait recevoir de nouvelles directives de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ).

L’ouverture du Complexe Aquagym devrait se passer plus tôt que prévu, soit dès l’automne prochain. Jusqu’à maintenant, environ 60 % des travaux de construction ont été exécutés. La construction du complexe aquatique a été entamée en avril 2019 et coûtera 17,1 M$.

En entrevue avec Le Quotidien, le chargé de projet pour la Ville, Martin Johnson, a aussi confirmé que le chantier demeurait ouvert pour le moment. « La Commission de la construction du Québec (CCQ) n’a pas émis d’avis de fermeture de chantier et quand j’ai vérifié avec les gens de chez Unibec, ils m’ont confirmé n’avoir reçu aucun avis à cet effet. Donc, ça continue comme c’est supposé. On verra selon l’évolution des choses et peut-être que ça changera l’échéancier. »

Du côté de chez Unibec, l’entreprise responsable des travaux, on confirme que des mesures préventives ont été prises pour assurer le respect des normes en vigueur. On ne retrouve qu’une cinquantaine de travailleurs sur le chantier dolmissois.

« Il y a des mesures prises sur le chantier. On a installé des distributeurs [pour se laver les mains] et on fait le ménage tous les jours dans les roulottes du chantier. On a vérifié avec nos employés et aucun travailleur n’a été diagnostiqué positivement. Ceux qui étaient partis en voyage ont été mis en quarantaine. L’Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ) a envoyé un courriel à tous les entrepreneurs pour dire que la construction ne fermait nulle part », a affirmé Marco Gobeil, responsable du chantier pour Unibec.

Il confirme que le changement principal est la fermeture du chantier aux visiteurs. Selon lui, l’industrie de la construction s’en tire bien dans cette crise, qui affecte plusieurs autres secteurs.