Les territoires de coupe de trois entreprises affectés par l’incendie

L’important incendie de forêt qui touche le secteur de Chutes-des-Passes, dans le nord du Lac-Saint-Jean, affecte les territoires de coupe de la Coopérative forestière de Petit Paris, d’Arbec et de Produits forestiers Résolu. Des opérations forestières n’étaient cependant pas en cours dans le secteur touché, qui devra être récolté d’ici deux ans afin de récupérer le plus grand volume de bois possible.

Les trois entreprises se séparent les garanties d’approvisionnement de l’unité d’aménagement forestier où l’incendie fait rage. La Coopérative forestière de Petit Paris, de Saint-Ludger-de-Milot, et la scierie d’Arbec de L’Ascension, liée au Groupe Rémabec, se partagent la majorité du territoire, tandis que Produits forestiers Résolu y possède un faible pourcentage des garanties d’approvisionnement.

Le secteur touché par les flammes, qui avait fait l’objet de coupes par le passé, était en régénération en bonne partie, ont expliqué les différents intervenants consultés par Le Quotidien lundi. L’exploitation du secteur n’était pas prévue à court terme.

« Ce n’était pas un secteur dans lequel il y avait des opérations forestières, donc ce n’était pas un secteur qui servait à notre usine de L’Ascension », a précisé Annie St-Onge, directrice des communications du Groupe Rémabec.

Des impacts à long terme sont cependant anticipés, mais qui ne peuvent être estimés pour l’instant.

Crainte des impacts

Alain Paradis, directeur général de la Coopérative forestière de Petit Paris, s’inquiète pour sa part des impacts qu’aura l’incendie sur les activités de l’entreprise dans les prochaines années. La coopérative a besoin d’un approvisionnement d’environ 450 000 m3 annuellement, pour pouvoir alimenter sa scierie située dans le nord du Lac-Saint-Jean.

« On est là depuis 30 ans. On a un peu de volume ailleurs, mais c’est mineur par rapport à l’ensemble de notre volume. Nos territoires historiques, c’est en plein cœur du chemin des Passes », a-t-il souligné, en disant suivre l’évolution de l’incendie de près.

Le directeur général souligne que l’incendie devrait avoir un impact sur les calculs quinquennaux de la possibilité forestière.

« C’est certain que dans les prochains calculs, ces superficies brûlées vont être tenues en compte sur la possibilité annuelle. Ça risque d’avoir des impacts, mais on ne sait pas encore de quel ordre », a-t-il exprimé. Il craint que les impacts d’une perte de superficie, combinés à un plan de protection du caribou forestier « trop sévère » n’ajoutent à l’incertitude vécue dans l’industrie.

Du côté de Produits forestiers Résolu, l’entreprise a confirmé lundi avoir des garanties d’approvisionnement inférieures à 25% des volumes de bois disponibles dans cette unité d’aménagement. Louis Bouchard, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales, ne pouvait cependant préciser les impacts, étant donné l’évolution de la situation.

Un plan spécial pour récolter 

À la demande du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, les entreprises présentes sur le territoire devront réorienter leur planification afin de récolter rapidement le bois pouvant être récupéré, a expliqué pour sa part Daniel Fillion, directeur général du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des allègements de droits de coupe peuvent alors être octroyés par le ministère dans de telles situations. Le bois, qui doit être récolté dans les deux ans, pourra ensuite être scié ou transformé en copeaux, selon les dommages laissés par l’incendie.

M. Fillon s’attend également à ce que l’incendie ait des répercussions éventuellement sur ses membres, qui récoltent en forêt privée et qui vendent ensuite aux usines de transformation. « Nos clients sont des entreprises qui s’approvisionnement principalement en forêt publique, alors quand il y a un problème, c’est sûr qu’il y a des répercussions qu’on essaie de gérer », a-t-il indiqué.

Les premières informations concernant l’évaluation d’un plan d’aménagement spécial devraient être disponibles dans les prochains jours, a-t-on indiqué du côté du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs.