Les temps sont durs pour les batteries et les freins

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Les garages du Québec ont vu la demande pour des interventions pour les freins et les batteries augmenter, au cours des sept derniers mois. Selon CAA-Québec, cette hausse est assurément liée aux déplacements moindres dans un contexte de télétravail et de périodes de confinement.

Tout compte fait, selon les données de CAA-Québec, une augmentation annuelle de 30 % des interventions pour les batteries a été enregistrée entre la fin des mois de septembre 2019 et 2020. Si l’on se concentre sur la période de confinement du printemps, l’augmentation grimpe jusqu’à 137,7 %.

« Pour donner un exemple, notre service d’Assistance batterie a plus que doublé durant la période de confinement du printemps. Au mois de mai, on parle de 138 % d’augmentation du volume d’interventions pour les batteries, justement en raison de véhicules qui ne bougent pas. L’augmentation est de 95 % en avril », souligne le conseiller aux communications chez CAA-Québec, Pierre-Olivier Fortin.

Selon lui, nul doute qu’il existe un lien étroit entre la pandémie et cette augmentation. « Une voiture, c’est fait pour rouler. Quand elle ne roule pas, ou pratiquement pas, elle peut nous jouer de vilains tours. Il y a assurément un lien à faire avec le télétravail et le confinement. »

C’est notamment le cas des batteries qui se rechargent avec l’énergie produite par la voiture lorsqu’elle roule. « Les batteries perdent leur charge graduellement, lentement, mais sûrement, même si le véhicule est stationné et ne roule pas. Il y a aussi certains accessoires du véhicule qui peuvent consommer une certaine quantité d’énergie, infime, mais sur le long terme, on se rend compte que ça dégrade la batterie. Quand elle est à plat, le véhicule refuse de démarrer et ça peut arriver que la batterie soit endommagée au point de devoir la changer », explique M. Fortin.

Avec le froid qui s’en vient, le phénomène pourrait prendre de l’ampleur. « La puissance de la batterie se trouve à être diminuée par le froid et le démarrage demande plus d’énergie. De base, on est doublement pénalisés par l’hiver. Avec le fait que la voiture roule moins souvent, on ajoute un facteur à la perte de puissance de la batterie », souligne Pierre-Olivier Fortin.

CAA-Québec offre quelques conseils pour tenter de préserver la batterie, entre autres de ne pas excéder 10 secondes lors d’une tentative de démarrage de la voiture et d’attendre 30 secondes avant de recommencer, de privilégier l’huile synthétique lorsqu’elle est autorisée par le fabricant et d’utiliser un chauffe-moteur dans la mesure du possible.

« On conseille aussi d’éviter les petites courses et de regrouper les courses. Quand on prend le véhicule, vaut mieux rouler pour la peine. Bien sûr, il y a un enjeu environnemental. On ne peut pas demander aux gens de faire rouler leur voiture juste pour la faire rouler. L’idée est de regrouper nos déplacements pour utiliser le véhicule sur une plus longue période. Il est préférable de commencer par la plus loin pour que la batterie recharge le plus possible. Si on a deux voitures, en prendre une pour toutes les courses et alterner d’une fois à l’autre », conseille M. Fortin.

La rouille s’installe

L’autre élément des voitures qui semble être touché par la réduction des déplacements, c’est le système de freinage. Bien que CAA-Québec n’ait pas de statistiques précises à ce sujet, Pierre-Olivier Fortin confirme que plusieurs garages affiliés font état d’une hausse de ce côté également.


« Une des choses que l’on peut voir lorsqu’une voiture ne bouge pas beaucoup, c’est de la rouille qui s’installe dans le système de freinage. Quelquefois, ça peut être de la rouille en surface qui se nettoie seule après quelques freinages, mais parfois, la corrosion s’installe à l’intérieur et à ce moment-là, l’intervention d’un garagiste qualifié est nécessaire »
Pierre-Olivier Fortin

Pour ce problème, il n’y a pas de recette miracle. « Il faut éviter de stationner le véhicule dans un endroit humide, mais ça, c’est difficile. On a l’espace qu’on a. L’hiver, il faut enlever le maximum de neige et de glace sur l’ensemble de la voiture, surtout si on la stationne dans le garage. Ça permet aussi de contrôler l’humidité dans l’habitacle et c’est plus confortable. Le plus important, ça reste de faire un bon entretien des freins et de vérifier leur état quand on le peut. Il ne faut pas hésiter lors des mises au point de routine, changement d’huile ou de pneus, à demander au mécanicien de faire un diagnostic rapide », conclut M. Fortin.