La présidente du Conseil central CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Manon Tremblay, et la vice-présidente de la FSSS-CSN, Lucie Longchamps, ont fait état des enjeux de la négociation entre le gouvernement du Québec et les membres du Syndicat des Ressources en service de garde du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
La présidente du Conseil central CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Manon Tremblay, et la vice-présidente de la FSSS-CSN, Lucie Longchamps, ont fait état des enjeux de la négociation entre le gouvernement du Québec et les membres du Syndicat des Ressources en service de garde du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les service de garde en milieu familial en grève: plus de sérieux exigé au gouvernement

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Les ressources en service de garde (RSG) en milieu familial de la région ont déclenché la grève lundi matin. 

Les 100 membres du Syndicat des Ressources en services de garde en milieu familial de la région affilié à la FSSSS-CSN ont tenu une journée de grève afin de dénoncer la lenteur des négociations avec le gouvernement du Québec qui durent depuis maintenant 18 mois.

Les députés de la CAQ des circonscriptions de Dubuc et de Lac-Saint-Jean ont également reçu la visite des militantes lundi matin avant que ces dernières prennent la direction d’Alma pour une manifestation. Il s’agit d’un mouvement de grève rotative qui couvrira toutes les régions du Québec.

La vice-présidente de la FSSS-CSN, Lucie Longchamps, qui a travaillé pendant 25 ans en service de garde en milieu familial, estime qu’il est temps que le gouvernement du Québec fasse preuve de plus de sérieux à la table de négociations. Après 18 mois, le gouvernement conteste toujours les prétentions syndicales à l’effet que ces travailleuses touchent un salaire de l’ordre de 27 000 $ par année pour une semaine de 50 heures.

«Le seul argument que le ministre amène à la table des négociations c’est que les responsables qui ont à la maison jusqu’à six enfants ont un répit quand ils dorment. C’est encore pire en temps de pandémie alors que les responsables des services de garde ont en plus tout le travail de désinfection des installations», a plaidé la dirigeante syndicale.

Le gouvernement a laissé entendre que les travailleuses en service de garde en milieu familial touchaient un revenu supérieur puisqu’elles avaient la possibilité d’utiliser des déductions fiscales.

La présidente du Conseil central CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Manon Tremblay, et la vice-présidente de la FSSS-CSN, Lucie Longchamps, ont fait état des enjeux de la négociation entre le gouvernement du Québec et les membres du Syndicat des Ressources en service de garde du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Réalité

Le syndicat a établi le salaire moyen à partir de déclarations de revenus pour l’année 2016 et ces travailleuses avaient un revenu avant impôt de 47 000 $. Elles doivent fournir les locaux, les jouets et ainsi que deux collations par jour en plus du dîner qui doit répondre aux critères du guide alimentaire canadien. Elles n’ont aucun mécanisme d’indexation pour faire face à l’augmentation du prix des aliments.

Selon la vice-présidente de la FSSS, l’écart est donc très grand à la table des négociations. Il y a un désaccord de 15 heures de travail sur une base hebdomadaire, puisque le gouvernement calcule leur rémunération en s’appuyant sur une semaine de 35 heures. Une séance de conciliation doit avoir lieu mardi afin de rapprocher les parties.

La présidente du Conseil central CSN du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Manon Tremblay, a attiré l’attention des médias sur les problèmes de désaffection des services de garde en milieu familial. Avant la pandémie, la CSN comptait 125 membres au sein de ce syndicat. Depuis la reprise des activités, 25 travailleuses ont choisi de fermer leur service de garde en milieu familial. Pour Manon Tremblay, la pandémie n’explique pas tout et les conditions de travail que le gouvernement refuse d’améliorer ont un lien avec ces fermetures.

Manon Tremblay a expliqué que les parents avaient été informés de la journée de grève afin de leur permettre de prendre des dispositions. Elle assure que les parents appuient les responsables des services de garde en milieu familial.