Les Serres Louise Turcotte s’était préparée à l’engouement.
Les Serres Louise Turcotte s’était préparée à l’engouement.

Les serres peinent à répondre à la demande

Plusieurs citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont développé un nouvel intérêt pour le jardinage et les potagers, selon de nombreux propriétaires de serres, qui doivent faire face à une pénurie. Ayant plus de temps à la maison, les nouveaux passionnés ont vidé les inventaires des serres beaucoup plus tôt qu’à l’habitude, si bien que l’approvisionnement est devenu un défi.

Marie-Pier Vallière, gérante du centre jardin d’Aménagement Grenon, à Laterrière, explique qu’il est difficile de s’approvisionner et de réussir à répondre à la demande.

Jean-Eudes Boily, propriétaire des Serres Boily, a participé à une expérience à l’Université Laval qui démontrait que les concombres poussent plus vite avec de la musique.

« Il nous est impossible de refaire des commandes actuellement, puisque l’inventaire de nos fournisseurs est également vide. Les gens ont développé un fort engouement pour le jardinage et les potagers depuis le début du confinement. Probablement qu’ils ont réalisé qu’ils avaient plus de temps et ils en ont profité pour accomplir un projet qu’ils avaient en tête depuis longtemps. »

La gérante souligne également que ce fort engouement n’a pas nécessairement augmenté leurs ventes, mais a plutôt fait en sorte que leur inventaire s’est écoulé plus rapidement.

« Les ventes ont commencé à être plus intenses qu’à l’habitude la semaine avant la fête de la Reine (18 mai). Nous n’avons pas nécessairement fait plus de ventes, mais notre inventaire est parti beaucoup plus vite. Nous n’avons pratiquement plus rien », a-t-elle ajouté.

Jean-Eudes Boily, propriétaire des Serres Boily, à Jonquière, a quant à lui vu ses ventes augmenter. Tout comme de nombreuses serres, l’approvisionnement reste difficile.

L’inventaire des Serres Louise Turcotte a diminué plus rapidement qu’à l’habitude.

«L’achalandage est très grand présentement, probablement parce que les gens sont confinés à la maison et ont envie d’entretenir leur terrain. Nos ventes ont facilement augmenté de 30 % et notre inventaire s’est vidé beaucoup plus rapidement qu’à l’habitude. Comme beaucoup de propriétaires de serres, nous avons de la difficulté à nous approvisionner pour être en mesure de répondre à la demande », a-t-il mentionné.

Situation inusitée

Denise Turcotte, copropriétaire des Serres Louise Turcotte, à Saint-Honoré, explique qu’une situation semblable ne s’est jamais produite depuis le début de sa carrière.

Il est difficile pour Aménagement Grenon de s’approvisionner, puisque les inventaires des fournisseurs sont elles aussi vides.

« Les gens sont venus se procurer des plantes pour leur jardin et leur potager beaucoup plus tôt qu’à l’habitude et de façon frénétique. En 25 ans, nous n’avons jamais vu ça. Nous disions aux clients qu’il était un peu tôt pour acheter des plants de tomates et pour les laisser à l’extérieur, mais ils souhaitaient tout de même s’en procurer par peur d’en manquer. »

Même si certaines plantes restent difficiles à trouver aux Serres Louise Turcotte, certains produits sont toujours disponibles en bonne quantité, souligne la copropriétaire.

« Nous avions un peu prévu le coup en faisant une production additionnelle de certaines variétés de légumes alors il nous en reste une bonne quantité. Il est toutefois plus difficile de répondre à la demande pour les fleurs et pour certaines plantes de gros calibre. Nous avons encore certains plants, mais on dirait que nous sommes en fin de saison, qui arrive normalement vers la fin juin. »