Dans les centres d’entraînement, il faut désinfecter sa machine avant et après l’utilisation.
Dans les centres d’entraînement, il faut désinfecter sa machine avant et après l’utilisation.

Les salles de gyms plus ou moins achalandées au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Mariane Guay
Le Quotidien
La pandémie de COVID-19 n’a pas beaucoup ralenti les adeptes des salles de conditionnement physique au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il y a une légère baisse de l’achalandage dans certains gyms de la région, mais cela s’explique surtout par la saison plutôt que par la situation sanitaire.

En effet, chez Énergie Cardio à Chicoutimi et à Jonquière, l’achalandage est sensiblement le même que par les étés précédents: un peu moins de gens. Toutefois, on s’attend à un retour en force à l’automne. Ce retour en force, il est attendu dans pratiquement tous les gyms de la région. Le propriétaire du Gym Énergie à Dolbeau, Martial Gobeil, s’attend à un achalandage plus important à l’automne, à moins d’une deuxième vague. «À mesure que le froid va s’installer, on croit que ça va revenir graduellement», mentionne-t-il.

Même si l’achalandage est légèrement à la baisse dans les Énergie Cardio du Saguenay, comme souvent en saison estivale, la copropriétaire Christine Gaudreault remarque qu’une nouvelle clientèle s’est abonnée à la réouverture de l’établissement. «Nous avons fait des cours et des exercices gratuits en ligne et plusieurs les ont suivis. J’ai eu une dizaine de nouveaux abonnements à la réouverture, des gens qui ont fait les cours et qui sont venus s’inscrire après», explique-t-elle.

Toutes les machines sont utilisées.

Certains s’en sortent avec des résultats surprenants. Le Synergym, situé sur le boulevard Saint-Paul à Chicoutimi, constate une hausse importante de l’achalandage. «Mes mois de juin, juillet et août ont battu des records de toutes mes années précédentes», indique le propriétaire de l’endroit, Julien Gagnier. Il explique toutefois que le Synergym accueille une clientèle toujours plus restreinte par rapport aux autres salles de conditionnement physique.

La directrice de la salle de gym Santé Multi-Fitness à Alma, Michelle Dolbec, est également très satisfaite de l’achalandage compte tenu des circonstances. Elle mentionne que les gens qui sont présents à la salle n’ont pas peur de contracter la maladie, en général, mais que ceux qui n’ont pas renouvelé leur abonnement sont probablement les gens qui étaient plus craintifs en raison de la COVID-19.

Les habitudes restent, ou presque

Mis à part les mesures sanitaires imposées dans chaque gym, les adeptes ne changent pas vraiment leurs habitudes d’entraînement. Il est possible de pratiquer ses activités et de s’entraîner sur les machines sans masque, alors qu’il est obligatoire lors des déplacements. Comme la désinfection des appareils est obligatoire et faite de façon plus assidue qu’auparavant, Michelle Dolbec remarque que les gens délaissent les programmes en circuit, qui exigent de changer d’appareils après chaque série d’exercices. «On remarque que les entraînements en super 7 sont moins populaires. En super 7, cela implique de faire un appareil et de passer au second sans prendre de pause. Ça nécessite qu’on se déplace dans le gym et au niveau du nettoyage, c’est moins possible», explique-t-elle. Martial Gobeil a également remarqué cette tendance, mais indique que les gens reviennent tranquillement à leurs anciennes habitudes, soit l’entraînement en circuit.

Il y a une capacité maximale de 50 personnes dans la salle de conditionnement physique du Énergie Cardio de Chicoutimi.

Les gestionnaires des gyms de la région s’accordent pour dire que les gens respectent assez bien les nouvelles mesures. De plus, ils mentionnent que les gens avaient hâte de retrouver leur salle d’entraînement.