Linda Girard, propriétaire du restaurant Les 400 coups de Jonquière, attendait cette nouvelle avec impatience.
Linda Girard, propriétaire du restaurant Les 400 coups de Jonquière, attendait cette nouvelle avec impatience.

Les restaurateurs sont fébriles, mais prêts

Ils attendaient tous cette nouvelle avec impatience. Les restaurateurs, qui pourront accueillir leurs clients à compter du 15 juin prochain, se disent prêts à rouvrir leurs portes en mode COVID-19, malgré une petite fébrilité. Mais pour certains d’entre eux, les prochains mois seront décisifs quant à l’avenir de leur restaurant.

« J’avais tellement hâte d’entendre ça ! », lance la propriétaire du restaurant Les 400 Coups de Jonquière, Linda Girard, qui n’en pouvait plus d’être dans le néant et qui demandait depuis longtemps qu’une date de réouverture soit annoncée.

La restauratrice investira quelque 15 000 $ afin d’agrandir sa terrasse et ainsi accueillir davantage de clients.

« En respectant le deux mètres, en se lavant les mains et en portant la visière, je crois bien que nous serons corrects. Surtout que ça va bien dans la région », estime Mme Girard.

« Le plus difficile, ce sera certainement le port du masque ou de la visière pour les serveurs et pour les cuisiniers, puisque ce sera très chaud. Mais il faut faire ce qu’il faut », a noté la propriétaire du restaurant de la rue Saint-Dominique.

À La Piazzetta de Chicoutimi, la propriétaire Manon Larouche s’est dite ravie de cette annonce, mais aussi stressée. Les dernières semaines n’ont pas été faciles pour la restauratrice, bien qu’elle ait offert le service de mets pour emporter, qu’elle livrait dans le coffre de voiture de ses clients.

« La réponse était très bonne, mais ce n’est pas ce qui nous permet de faire des sous. Ça nous a permis de payer nos employés et notre loyer. Il faudra voir au cours des prochains mois, avec la réouverture. Puisqu’on ne pourra pas continuer de cette façon indéfiniment et nous ne sommes pas certains de pouvoir tenir jusqu’à l’hiver », a indiqué Manon Larouche, qui s’active présentement à aménager sa salle à manger pour répondre aux consignes de la Santé publique.

La propriétaire de La Piazzetta de Chicoutimi, Manon Larouche, estime que les prochains mois seront décisifs quant à l’avenir du restaurant.

Elle croit également que la réouverture se fera tranquillement, puisque les consommateurs ont eu le temps de changer leurs habitudes.

« Certains ont vraiment hâte de sortir, mais d’autres continueront sans doute à choisir le prêt-à-emporter », estime-t-elle.

Même son de cloche du côté du copropriétaire des restaurants Rouge et Inter, situés sur la rue Racine de Chicoutimi, Carl Huth.

Une offre de mets et d’ingrédients pour emporter a été mise sur pied rapidement après la fermeture des restaurants et les clients l’ont vite adoptée. Par exemple, à l’Inter, on propose la Boîte à manger, garnie de 12 repas du restaurant, que les gens peuvent apprêter à la maison.

Carl Huth et Raphaël Girard, de l’Inter et du Rouge, sont fébriles à l’idée de retrouver les clients.

« Ça fonctionne très bien et nous allons bientôt proposer la Boîte à pique-niquer. C’est certain que nous allons garder cette offre même une fois rouvert », explique M. Huth.

Selon lui, la sécurité des clients et des employés est la priorité et les consignes de la Santé publique seront respectées à la lettre.

« Nous sommes fébriles et nous avons hâte de revoir nos clients. Ça fait longtemps que nous attendions cette nouvelle et nous nous sommes préparés, notamment en faisant appel à une firme externe pour nous guider et nous conseiller », a souligné le restaurateur, ajoutant qu’il est plus que jamais important d’encourager les commerces locaux.