Les régions gagneront 5000 fonctionnaires [VIDÉO]

D’ici cinq ans, 5000 postes de fonctionnaires qui travaillent à Québec et à Montréal seront déménagés en région. Le gouvernement caquiste profitera des départs à la retraite pour parvenir à cette décentralisation.

Le premier ministre François Legault a réitéré son engagement pris en campagne électorale devant les élus de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) mercredi. 

«Il y a des enjeux où on est bien mieux placé quand on est en région pour comprendre les solutions que quand on est dans un bureau à Québec», a indiqué M. Legault, tout en précisant que «c’est pas nécessaire de forcer des gens à déménager».

Chaque année, environ 10 000 fonctionnaires prennent leur retraite. Une portion des postes qu’ils occupent seront transformés pour être affichés ailleurs que dans la capitale et la métropole. 

C’est le président du Conseil du Trésor Christian Dubé et la ministre déléguée au développement économique régional Marie-Ève Proulx qui sont responsables de produire un plan de décentralisation de la fonction publique. 

Ce ne sont pas seulement les ministères naturellement liés aux régions, comme ceux des Forêts, de l’Agriculture ou des Ressources naturelles sont visés, mais l’ensemble de la fonction publique. «Je pense qu’avec la vidéoconférence et toutes les façons de travailler aujourd’hui, on n’a pas besoin d’être physiquement assis un à côté de l’autre», exprime M. Legault. 

Ce transfert est facilité par le fait qu’il n’y a pas «de problème d’emploi à Québec en ce moment». 

Emplois stables

Pour Jacques Demers, président de la FQM, cet engagement du gouvernement est très important pour la vitalité des régions. «C’est vraiment des emplois stables qui font toute la différence dans un village quand on peut les avoir à long terme», commente-t-il. Par exemple, si trois ou quatre fonctionnaires s’installent dans un village avec leur famille, c’est parfois suffisant pour faire en sorte de maintenir l’école ouverte. 

M. Demers soutient que même si le taux de chômage est bas à l’échelle de la province, certaines régions perdent encore des emplois au profit des grands centres. 

En plus d’envoyer des fonctionnaires en région, M. Legault croit qu' Investissement Québec doit aider les régions où il y a une main-d’œuvre disponible et «des terrains pas chers» à créer des emplois payants en attirant des entreprises. «On sait que c’est plus difficile l’acceptabilité sociale dans les grandes villes, donc il y a une opportunité de développer nos régions», croit M. Legault. 

Dans son discours, le premier ministre a dressé la longue liste d’actions qu’il compte réaliser pour les régions. Tous les foyers du Québec seront branchés, d’ici 2022, à Internet haute vitesse et le fonds de l’eau potable sera renfloué. Les municipalités verront quant à elles le gouvernement payer 50 % de la facture de la Sûreté du Québec et elles auront droit à un transfert de 1 % de la TVQ et auront de l’aide financière pour décontaminer des terrains. 

«Je veux pas perdre d’énergie à jouer dans les structures», a aussi promis le premier ministre aux élus qui viennent de réorganiser leurs régions après l’abolition des Centres locaux de développement (CLD) et des conférences régionales des élus (CRÉ).