Les producteurs de bleuets encouragés

Les 200 producteurs de bleuets réunis en assemblée générale annuelle, samedi à Saint-Félicien, sont ressortis satisfaits et encouragés de leur rencontre, selon le président syndical Ghislain St-Pierre. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’était même déplacé pour l’occasion.

Le bas prix du bleuet et l’accès aux assurances ont été les sujets principaux abordés au cours de cette rencontre. «Je pense que les producteurs ont été encouragés. Nous avons notamment discuté du bas prix du bleuet et les producteurs ont compris que c’était une question de marché mondial et non pas de la faute au syndicat. Ils ont été aussi encouragés par la présence du premier ministre», a souligné le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Ghislain St-Pierre.

«Il faut dire qu’on ne l’avait jamais vu dans l’une de nos assemblées annuelles, c’était rassurant, car il nous a dit que nos demandes étaient présentement à l’étude au ministère de l’Agriculture et qu’aucune d’entre elles n’était rejetée pour le moment. On s’attend d’ailleurs à des réponses positives d’ici quelques semaines», a ajouté M. St-Pierre.

Parmi ces demandes, celle d’une assurance adaptée à la réalité des producteurs de bleuets figure parmi les priorités. «Les assurances ne sont pas adaptées à nos réalités et cela doit changer. C’est inquiétant pour plusieurs d’entre nous. Heureusement, certains ont été indemnisés récemment pour les pertes, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde», a expliqué le président syndical.

Questionné à savoir s’il s’attendit à une annonce du premier ministre, Ghislain St-Pierre a répondu que sa présence était déjà un signe encourageant. 

«Il a vraiment été rassurant concernant nos demandes déposées au ministère. Je crois qu’on aura des réponses avant la récolte de cet été», a-t-il précisé. 

Les producteurs vivent une crise qui perdure depuis 2016. Une crise attribuée, surtout, à l’explosion de la production mondiale qui a triplé en quelques années. Rappelons que le prix du petit fruit a chuté à 20 cents la livre, du jamais-vu pour les producteurs. Un prix qui ne couvrirait pas les coûts de production. 

Une table de travail avait d’ailleurs été mise en place, à l’automne dernier. Des représentants du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), de la Financière agricole et du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec tentent de trouver des solutions pour éviter une troisième année de vache maigre.

En plus des questions d’assurances et de bas prix, plusieurs sujets préoccupent les producteurs, notamment la culture de bleuets biologiques, l’embauche de travailleurs étrangers et les techniques pour optimiser les récoltes.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 350 producteurs de bleuets. 

Les producteurs de bleuets étaient réunis en assemblée général, samedi, à Saint-Félicien.