Les poules urbaines seront permises à Saguenay dès le mois de mai

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Les poules urbaines seront les bienvenues sur le territoire de Saguenay à compter du mois de mai. Les citoyens pourront adopter entre deux et quatre poules, selon la nouvelle réglementation de la municipalité, adoptée lors de la plus récente séance du conseil. Aucun frais de permis ne s'y rattache.

L’adoption de poules figurait au premier rang des demandes des citoyens, lors de la consultation publique de Saguenay, tenue il y a quelques mois et qui visait à connaître les souhaits des gens en ce qui a trait à l’agriculture urbaine. 

Dès le mois de mai, les citoyens auront donc droit d’avoir en leur possession des poules, au minimum deux et au maximum quatre. C’est qu’une poule vit difficilement la solitude, d’où l’obligation d’en avoir au moins deux.   

Présentement, il était interdit de posséder des poules sur le territoire de Saguenay, à l’exclusion des milieux ruraux. Des villes comme Alma et Dolbeau-Mistassini permettaient l’adoption de poules depuis quelques années déjà.

Le conseiller municipal de Saguenay Simon-Olivier Côté, qui était responsable de la consultation citoyenne sur l’agriculture urbaine, a expliqué que les poules devront être adoptées dans un couvoir certifié et que la vente chez les particuliers sera interdite. Il est également interdit de posséder un coq, en raison du bruit.

Aucun frais de se rattache à un permis pour la possession de poules. 

« L’enclos devra demeurer propre et sans odeur perceptible à l’extérieur des limites du terrain. Enfin, le poulailler sera obligatoire et devra être d’une superficie minimale de 2 mètres carrés et d’un maximum de 10 mètres carrés », a expliqué le conseiller municipal.