Les policiers de Saguenay sont intervenus, jeudi soir, munis d’un mandat de la Santé publique auprès d’une résidente de la Villa Saint-Alexis de La Baie qui refusait de respecter sa période de confinement.
Les policiers de Saguenay sont intervenus, jeudi soir, munis d’un mandat de la Santé publique auprès d’une résidente de la Villa Saint-Alexis de La Baie qui refusait de respecter sa période de confinement.

Les policiers font respecter une ordonnance de confinement à la Villa Saint-Alexis

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les policiers de Saguenay ont effectué leur première intervention munis d’un mandat de la Santé publique jeudi soir auprès d’une résidente de la Villa Saint-Alexis de La Baie qui refusait de respecter sa période de confinement, après avoir été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19.

Le personnel de la résidence, à bout de ressources, a contacté les policiers afin de demander leur intervention auprès de la dame de 67 ans, qui refusait de suivre les directives, a expliqué le lieutenant Christian Michaud, du Service de police de Saguenay.

La dame a été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 au sein de la résidence privée pour aînés située dans le secteur de Grande-Baie, qui est l’un des foyers d’éclosion de la COVID-19 au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où 17 cas ont été identifiés, selon les dernières données de la Santé publique régionale.

Les policiers ont alors demandé et obtenu une ordonnance du directeur de la Santé publique afin d’intervenir auprès de la dame en soirée.

«Ce document ordonne à la dame de s’isoler pendant 14 jours. Si elle ne respecte pas ça, elle va recevoir un constat de 1000 $, selon les décrets», a expliqué le lieutenant Michaud.

En dernier recours, après l’émission d’une amende, le directeur de la Santé publique pourrait exiger un isolement au centre hospitalier, si la dame refuse de se conformer à l’ordonnance de confinement.

Certains cas de COVID-19 de la Villa Saint-Alexis pourraient être liés à un virus moins dangereux, mais dont les symptômes sont similaires à ceux du nouveau coronavirus.