Les pires routes de la région au Lac-Saint-Jean

Les pires routes de la région se trouvent au Lac-Saint-Jean. Aucune d’entre elles ne figure toutefois dans le palmarès des pires routes du Québec établi pour une quatrième année consécutive par CAA-Québec.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean comme les autres régions du Québec compte plusieurs routes en mauvais état. Cette année encore, CAA Québec a demandé à la population de se prononcer et de voter pour les routes les plus endommagées de la province et de leur région. Près de 12 000 votes ont été enregistrés du 25 avril au 25 mai.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le chemin de la Pointe-Bleue à Saint-Prime figure en tête de liste des pires routes. Il est suivi du Grand Rang Sud à Albanel. La rue Joseph-W.-Fleury ou Route de l’Ascension à Alma partage la troisième position (ex aequo) avec le chemin Principal de Saint-Edmond-les-Plaines. Le Vieux Chemin de Saint-Félix-d’Otis clôture ce palmarès régional peu enviable. 

C’est le boulevard Gouin Est à Montréal qui trône au sommet du palmarès québécois. Il est suivi de la Traverse de Laval à Lac-Beauport, du chemin Saint-Henri à Mascouche, du chemin de la Rivière-Châteauguay à Ormstown et de la Route 389 sur la Côte-Nord. 

Pour CAA-Québec, le grand nombre de votes enregistrés démontre qu’il reste encore bien du travail à faire pour remettre à niveau les infrastructures routières et que l’état des routes est au cœur des préoccupations des usagers du réseau.

« Cette mobilisation prouve que les gens tiennent à un réseau routier sécuritaire. Cela nous permet de demeurer optimistes, parce qu’on sait que le palmarès Les pires routes interpelle les décideurs. Et notre objectif premier ne change pas, on veut donner une voix aux usagers du réseau afin que nos routes soient bien entretenues », affirme la vice-présidente communications et affaires publiques de CAA-Québec, Sophie Gagnon.

CAA-Québec accueille favorablement l’annonce d’une refonte et une bonification de l’ordre de 50 millions $ par année de l’aide à la voirie locale faite par Québec à la fin mai.

« C’est un pas dans la bonne direction, mais il faudra continuer à investir pour combler l’important déficit d’entretien du réseau routier de 15 milliards $ », estime Mme Gagnon.

CAA-Québec a avisé par écrit le ministère des Transports et les municipalités qui figurent dans le top 10. Un suivi sera fait auprès d’eux et leurs réponses seront publiées. 

Le vote Les pires routes du Québec permet par ailleurs de remettre un montant à la Fondation CAA-Québec pour les brigades scolaires. Les 12 000 signalements enregistrés cette année permettront de remettre une somme de 3500$ à la fondation. Le montant sera utilisé afin de favoriser le déploiement des brigades scolaires, vouées à la sécurité des jeunes.