Jean-Marc Crevier et sa conjointe, Martine Harvey, s'amusent encore à s'occuper de leur framboiserie sur le chemin Mathias, à Jonquière.

Les petits fruits en abondance

La récolte des petits fruits devrait être très intéressante au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
La température des derniers mois, soit de la chaleur, du soleil et de la pluie, a favorisé la pousse des bleuets et des framboises notamment.
Le syndicaliste Jean-Marc Crevier possède la framboiserie La Coulée douce dans le chemin Mathias, à Jonquière. Il s'attend à une récolte très abondante pour les prochaines semaines.
Une situation totalement différente de l'année dernière où le couple Jean-Marc Crevier et Martine Harvey avait dû fermer la framboiserie après que le gel ait ravagé la plantation.
« C'est la sixième année de notre récolte et je n'ai jamais vu nos plans être aussi chargés qu'ils le sont actuellement. On dirait bien que l'été 2014 en sera un pour les petits fruits, car la situation semble la même pour les noisettes et les bleuets », raconte Jean-Marc Crevier.
Celui-ci cultive une trentaine de rangs de 100 mètres de long de framboises. Durant trois semaines en juillet et août, les citoyens de Saguenay, mais aussi du Lac-Saint-Jean, se rendent sur son terrain pour y effectuer de l'autocueillette.
Si tout se poursuit normalement, Jean-Marc Crevier croit que les framboises pourront être cueillies dès la fin de semaine. Quelques petits fruits rouges sont déjà prêts.
« La récolte s'annonce effectivement bonne, très bonne même. Les cueilleurs viennent souvent en famille et ça permet de leur donner une belle activité durant quelques heures. Les enfants s'amusent et dégustent des framboises tout en les cueillant », indique-t-il.
Même si la framboise mûre est retirée du plan, une deuxième et une troisième vont mûrir, grossir et seront cueillies dans les jours suivants, pour une récolte qui va s'étendre sur trois semaines.
« De 80 à 85 pour cent des gens qui viennent chez nous font de l'autocueillette. Il arrive que nous ayons des caisses de framboises à vendre pour ceux qui ne veulent pas les cueillir. Elles doivent être vendues en moins de 24 heures. Sinon, nous allons les congeler et les garder pour notre consommation personnelle. Je ne veux pas que des framboises moins fraîches se retrouvent chez des clients », ajoute M. Crevier.
Le son de cloche est le même pour les Jardins de Saint-Martin, à La Baie.
« Ce sera notre deuxième plus grosse année au cours des sept dernières années. La récolte devrait être énorme cet été », raconte la propriétaire Sonia Boivin.
« Et ça devrait être aussi une bonne année pour le bleuet. Nos plantations sont jeunes, mais elles devraient fournir », dit-elle.
Et le bleuet
Si la fraise a connu quelques difficultés en raison d'une maladie, la framboise et le bleuet ne vivent pas cette problématique pour 2014.
Pour le petit fruit bleu, la récolte devrait être très bonne.
« La récolte va être bonne, même très bonne. Je ne peux pas dire que ça va être extraordinaire ou que nous allons battre des records de récoltes de livres de bleuet, mais ça va être intéressant », soutient Jean-Eudes Senneville, directeur général de Bleuets sauvages du Québec.
« Mais tout va dépendre de la température des prochaines semaines, soit d'ici le début du mois de septembre. Du temps sec pourrait réduire la récolte et la grosseur du bleuet de 10 pour cent, mais si l'humidité est là, ce sera environ 10 pour cent de plus », indique M. Senneville, dont l'entreprise vend sa récolte dans une trentaine de pays.