Les organismes en santé mentale interpellent les candidats

Les candidats du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont invités à se positionner publiquement sur l’enjeu de la santé mentale. Le Réseau communautaire en santé mentale (COSME) et ses membres dont l’Association des Ressources Alternatives et Communautaires en Santé Mentale du Saguenay–Lac-Saint-Jean (ARACSM-02) demandent aux différents partis de faire de la santé mentale un enjeu électoral central.

Depuis le début de la campagne, l’ARACSM-02, qui regroupe 17 organismes œuvrant en santé mentale, affirme qu’il n’y a eu aucune mention en lien avec la santé mentale. «C’est pourtant un enjeu de société primordial qui touche tout le monde et qui nécessite des engagements de la part des chefs et des candidats des différents partis politiques au Québec. Sans ces engagements, la réponse aux besoins en santé mentale stagnera une nouvelle fois avec le prochain gouvernement», affirme l’ARACSM-02 dans un communiqué. 

Le COSME et ses membres ont créé un document intitulé Un appel pour la santé mentale dans lequel ils constatent l’étendue des problématiques de santé mentale qui touchent un Québécois sur cinq. 

Le document propose également sept recommandations qui visent à améliorer le quotidien de ces personnes et de leur entourage.  

On y propose de hausser progressivement les dépenses en santé mentale, de hausser le financement de base des organismes communautaires en santé mentale et de mettre en place des services intégrés en santé mentale à l’intention des jeunes. On y recommande également d’augmenter de 12 000 le nombre de logements sociaux avec accompagnement psychosocial, de mettre en place des services universels et gratuits de psychothérapie et autres formes de soutien, ainsi que de développer des ressources d’intégration dans le milieu du travail et de soutenir l’accès aux études pour les personnes ayant des troubles de santé mentale.

La brochure sera remise à tous les candidats de la région afin de connaître leur positionnement. 

«Puisque chacun d’entre nous est touché directement ou indirectement par cet enjeu, il est essentiel de connaître la vision des partis politiques», estime l’ARACSM-02. 

Le COSME et l’ARACSM-02 soulignent que la santé mentale a fait l’objet de prises de position lors des dernières élections en Ontario et en Colombie-Britannique. Le gouvernement élu de la Colombie-Britannique a créé un ministère de la Santé mentale et des Dépendances. Le Parti progressiste-conservateur ontarien s’est quant à lui engagé à investir près de 2G$ en 10 ans dans les services en santé mentale.