Les muselières écartées à Saint-Honoré

Les chiens de deux, 10 ou 70 kilos n’auront finalement pas à porter de muselières à Saint-Honoré. Mais ils ne seront plus admis sur les sites où se tiennent des événements, comme les festivals ou les tournois de balle, par exemple. La municipalité a revu son règlement, qui avait provoqué la grogne de plusieurs propriétaires et amoureux de la race canine. Le nouveau règlement a été assez bien accueilli par la population, malgré quelques bémols.

Il y a quelques jours, la Ville de Saint-Honoré annonçait officieusement, puisqu’aucun projet de règlement n’avait encore été déposé, que les chiens de 10 kilos et plus devraient désormais porter une muselière, afin de réduire le risque de morsure. Cette nouvelle réglementation avait provoqué l’ire de bien des propriétaires de toutous, qui déploraient cette initiative des élus. Quelques jours plus tard, la Ville précisait sa pensée, annonçant que les muselières allaient être obligatoires dans les lieux publics seulement, comme les rassemblements tels que les tournois de balle.

Lundi soir, le sujet était de retour à la séance du conseil de la municipalité et plusieurs citoyens s’y sont déplacés. Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, a expliqué que, finalement, la muselière ne serait plus obligatoire, mais que les chiens allaient tout simplement être interdits lors des événements où il y a foule, comme les festivals Saint-Honoré dans l’vent et FestiCam, de même que les tournois de baseball ou les soupers dans les rues.

Le sujet a été abordé dès le début de la rencontre et plusieurs citoyens se sont présentés au micro. Visiblement, le port de la muselière n’a pas passé et plusieurs ont affirmé qu’un chien qui n’est pas habitué à porter cet équipement pouvait développer de l’anxiété et ainsi être plus agressif. De plus, une citoyenne a sorti des statistiques de l’Association des médecins vétérinaires du Québec, expliquant que 70 % des morsures proviennent des chiens de moins de 10 kilos. Le chihuahua arrive d’ailleurs en tête de liste. Ces statistiques ont été confirmées par la conseillère municipale Valérie Roy, qui avait le même document en main.

Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, a écouté les citoyens.

Certains ont affirmé que des activités de sensibilisation devraient avoir lieu, alors que d’autres ont demandé s’il y avait eu des événements déplorables dans les festivals pour qu’un tel règlement soit instauré.

La conseillère municipale Carmen Gravel a raconté qu’une bataille de chiens avait eu lieu sur un terrain de balle et que « si un enfant était passé par là, ça aurait pu être dangereux ». À cette affirmation, la citoyenne et propriétaire d’un bouvier australien, Chantale Gagnon, a répliqué qu’avec des si, il peut arriver n’importe quoi.

Règle générale, le nouveau règlement a tout de même été bien accueilli par les gens, qui comprennent que certains sites soient interdits aux chiens. Toutefois, certains craignent que cette réglementation s’étende à d’autres sites et que les chiens soient vus comme des prédateurs.

« Les chiens ne doivent pas être vus comme des êtres dangereux et c’est le message que vous véhiculez », a affirmé une citoyenne, félicitant tout de même les élus pour leur décision.

Plusieurs citoyens s’étaient déplacés à la séance du conseil de Saint-Honoré pour parler du nouveau règlement sur les chiens. photo le quotidien, jeannot lévesque

Par ailleurs, rappelons que tous les chiens de Saint-Honoré devront être micropucés d’ici le mois de janvier 2020. La dernière clinique de micropuçage aura lieu le 5 octobre prochain. Déjà, 1600 chiens ont leur puce à Saint-Honoré. Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site web de la municipalité.