Le propriétaire de Bio Pro extermination Réjean Blackburn (à droite) et son fils Éric travaillent beaucoup ces jours-ci. Les invasions de mouches les tiennent occupés.

Les mouches profitent de la chaleur

Les records de température et le froid qui tarde à arriver n’ont pas que des effets positifs. Les insectes aussi profitent d’un automne qui s’étire et les exterminateurs ont du pain sur la planche.

Le propriétaire de Bio Pro extermination, Réjean Blackburn, a même dû repousser ses vacances cette année. «J’attends toujours l’automne pour prendre mes vacances, car l’été, on est trop occupés. Mais j’ai dû retarder mon voyage, car il y avait un volume d’appels trop élevé ces semaines-ci», explique d’entrée de jeu Réjean Blackburn. 

Ce sont surtout les mouches qui donnent du fil à retordre aux exterminateurs. 

«Vous savez, les insectes, c’est un peu comme les humains. Ils suivent notre activité. Vous avez sans doute pu profiter de soirées agréables pour manger dehors en septembre. Vous avez probablement laissé des portes et des fenêtres ouvertes. On ramasse nos feuilles en t-shirt, on prend une petite bière à l’extérieur. Eh bien, les insectes aussi, ils en profitent!», image Réjean Blackburn. 

«Habituellement, ce sont les rongeurs qui nous tiennent occupés à l’automne, mais cette année, ce sont surtout les mouches», ajoute l’exterminateur, qui dit recevoir sept appels sur 10 qui concernent l’invasion de mouches. 

Mouches à fruit et drosophiles; plusieurs sont aux prises avec ces insectes volants indésirables. 

«Ça fait 34 ans que je suis dans le domaine et sans dire que je n’ai jamais vu ça, disons que ça fait plusieurs années que je n’avais pas eu besoin de repousser mes vacances! Et si on voit surtout des mouches, c’est parce qu’elles ont plus de facilité à rentrer dans les maisons, tandis qu’on voit moins l’activité des insectes à l’extérieur. Je crois qu’on est rendus à la troisième génération des mouches cette saison-ci. C’est beaucoup», estime M. Blackburn. 

L’été prochain

Si on regarde du côté des autres insectes, les humains devront s’attendre à voir plusieurs perce-oreilles l’été prochain. «Le taux de mortalité est actuellement très bas, puisqu’il n’y a pratiquement pas eu de gel au sol. Habituellement, plusieurs oeufs vont mourir tôt à l’automne, en raison des températures froides. Présentement, les oeufs sont bien en sécurité, ce qui laisse prévoir de bonnes quantités d’insectes l’été prochain», a affirmé l’exterminateur.