Gérald Savard

Les maires font confiance à Gérald Savard

Les maires de la MRC du Fjord-du-Saguenay ont encore pleinement confiance au préfet Gérald Savard et ils lui ont fait savoir, lundi matin, lors d’une réunion tenue à huis clos à laquelle ont participé une dizaine d’élus.

Selon les informations obtenues lors d’entrevues réalisées auprès de plusieurs d’entre eux, M. Savard, vice-président de Promotion Saguenay (PS), a été passablement ébranlé depuis le dévoilement public du contrat de Ghislain Harvey signé le 8 juin dernier sur lequel il a apposé sa signature. M. Savard a avoué ne pas avoir lu le document et s’en être tenu aux explications données par Me Pierre Mazurette et l’ex-maire Jean Tremblay.

L’un d’eux a avoué que certaines clauses du contrat signé constituent de la haute voltige et du jamais-vu, mais ne croit pas que M. Savard ait pu être de mauvaise foi même s’il est évident qu’il n’y a pas eu un souci du détail.

D’autres s’interrogent carrément sur la nécessité pour la MRC de déléguer un membre du conseil d’administration à Promotion Saguenay, étant donné que la MRC contribue pour une maigre enveloppe de 75 000 $ au budget, une goutte d’eau dans le budget de 12 millions $. C’est le cas du maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, qui affirme que la MRC n’a pas à disposer d’un siège. 

« Nous sommes le terrain de jeu de Saguenay pour les activités de motoneige, de chasse et pêche, de ski, etc., mais je crois qu’on n’a pas à être collés au conseil d’administration de Promotion Saguenay », affirme M. Tremblay. Selon lui, des discussions devront avoir lieu sur ce sujet précis.

La mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, conserve son entière confiance envers M. Savard, un homme reconnu pour ne pas avoir de méchanceté ou agir en magouilleur dans les dossiers sur lesquels il travaille.

Conflit d’intérêts

Un autre courant de pensée qui circule parmi les maires de la MRC est que M. Savard soit la victime d’une machination impliquant trois acteurs principaux et qui travaillent et collaborent ensemble depuis très longtemps, soit Jean Tremblay, Ghislain Harvey et Me Pierre Mazurette qui fait en sorte qu’aujourd’hui, seul Gérald Savard est ciblé.

Certains maires croient aujourd’hui que les médias devraient s’intéresser à la notion de conflit d’intérêts qui se définit comme étant une situation dans laquelle il est avéré que l’argent public peut privilégier son intérêt personnel au détriment d’un autre intérêt, selon la définition donnée par le Dictionnaire encyclopédique de l’administration publique.