Une séance du conseil de la MRC du Domaine-du-Roy a eu lieu à l’hôtel de ville de Roberval mardi soir.

Les maires de la MRC du Domaine-du-Roy penchent pour un préfet élu

En 2021, les citoyens de la MRC du Domaine-du-Roy devraient être en mesure d’élire leur préfet au suffrage universel, car la majorité des maires du territoire appuient désormais l’idée.

Le mois dernier, Lucien Boivin a annoncé qu’il ne solliciterait pas un autre mandat de préfet, car c’est une tâche qui demande énormément de temps et d’énergie, et qui est difficile à concilier avec le mandat de maire.

« Si tu veux avoir des projets à développer, il ne faut pas partager son temps avec d’autres tâches », dit-il. Et c’est pourquoi le maire de Saint-Prime souhaite qu’en 2021 le préfet soit élu au suffrage universel, comme c’est le cas en ce moment dans la MRC de Maria-Chapdelaine. « Ça nous permettrait d’avoir une personne neutre élue par le peuple », ajoute ce dernier.

Luc Gibbons, le maire de Saint-Félicien, a également soutenu l’élection d’un préfet au suffrage universel lors de la séance du conseil de ville du 21 octobre dernier. « Je pense qu’on est rendu là », a-t-il mentionné.

Le maire de Roberval, Sabin Côté, est également favorable au concept de préfet élu. « Le processus deviendrait plus démocratique en faisant des élections au suffrage universel, plutôt que de l’élire par des pairs », dit-il, en soulignant que la situation actuelle est un exemple concret de technocratie. Il souligne au passage que la charge de travail du préfet a considérablement augmenté au cours des dernières années, car le gouvernement du Québec délègue plusieurs responsabilités aux MRC. 

De plus, une règle non écrite faisait en sorte que les maires de Roberval et de Saint-Félicien ne devaient pas être préfet, faisant en sorte qu’un maire élu avec quelques centaines de votes, ou tout au plus un millier, dans une petite municipalité, se retrouve à la tête d’un territoire regroupant plus de 29 000 personnes, remarque Sabin Côté. 

Luc Chiasson, le maire de Chambord croit qu’il est également le temps de passer au suffrage universel. « Les responsabilités exigent une ressource à plein temps », dit-il, tout en mentionnant qu’un préfet élu pour une période de quatre ans, au lieu d’être élu pour deux ans comme c’est le cas en ce moment, permettrait de mieux travailler les dossiers. 

Le maire de Sainte-Hedwidge, Gilles Toulouse, qui était jadis contre l’idée, a changé son fusil d’épaule. « On ne peut pas nier l’évidence que le travail est plus exigeant qu’avant et tant qu’à avoir quelqu’un à temps plein, aussi bien l’élire au suffrage universel », dit-il. 

La mairesse de Lac-Bouchette, Ghislaine Hudon, était toujours ambiguë sur la question. « Si on regarde les statistiques, une femme a plus de chance d’être élue au suffrage universel, se réjouit-elle, mais d’un autre côté, n’importe qui sans expérience peut se présenter et être élu. »

Yannick Baillargeaon, le premier magistrat de La Doré, est pour sa part surpris de voir ses collègues faire des sorties publiques sur le sujet, car le débat n’a pas encore été fait à l’interne. « Je crois qu’un petit dérapage est en train de se produire, parce qu’il y a des dossiers beaucoup plus importants sur la table, comme le besoin de main-d’œuvre », dit-il. 

Pour l’instant Cindy Plourde, la mairesse de Saint-François-de-Sales, n’a pas encore eu l’occasion de discuter du sujet avec son conseil de ville, mais elle voit d’un bon œil l’élection du préfet au suffrage universel.

TAprès avoir reçu des informations sur la charge de travail du préfet, Gérald Duchesne, le maire de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, est également ouvert à l’idée d’un vote populaire pour élire le préfet en 2021. 

Fait à noter, la MRC du Domaine-du-Roy gère un budget annuel de 12,85 millions de dollars. 

Un nouveau préfet le 27 novembre

Étant donné que Lucien Boivin a décidé de ne pas se représenter après son mandat de deux ans, un nouveau préfet sera nommé lors de la séance du conseil du 27 novembre prochain, par les maires élus des neuf municipalités de la MRC du Domaine-du-Roy, car les règlements ne pouvaient être changés à si courte échéance. Pour l’instant, seul Yannick Baillargeon, de La Doré, a démontré un intérêt clair pour assumer le poste de préfet. Luc Chiasson, maire de Chambord, est pour sa part en réflexion, après avoir été sollicité par certains autres maires. Un vote concernant l’élection du préfet au suffrage universel aura lieu six mois avant les élections municipales de 2021. Les villes de Roberval et de Saint-Félicien détiennent chacune trois votes, alors que les plus petites municipalités détiennent chacune un droit de vote.

+

25 000$ AU QUOTIDIEN

Les élus ont souligné l’importance de soutenir la presse régionale, pour assurer la diffusion d’un contenu de qualité sur le territoire. En s’engageant pour un montant de 25 000 $, la MRC du Domaine-du-Roy imite donc les trois autres MRC de la région qui ont toutes versé le même montant.

D’autres décisions

Lors de la séance du conseil, la MRC du Domaine-du-Roy a également approuvé le versement d’un montant de 8000 $ à la coopérative de solidarité Air Lac-Saint-Jean, qui vise à développer une desserte aérienne entre le Lac-Saint-Jean et la métropole.

Roberval injecte 5000 $ et le CIDAL 13 000 $, pour un total de 26 000 $ qui serviront à l’embauche d’un démarcheur et à la mise en place d’outils de communication.

Les élus ont aussi adopté plusieurs projets qui seront financés par le Fonds de développement du territoire, dont quatre projets pour les aînés, avec notamment l’organisation de la Journée des aînés 2020 (3123 $) et l’aménagement d’un parc générationnel à Sainte-Hedwidge (2000 $).

Neuf projets

De plus, neuf autres projets locaux et territoriaux ont été approuvés, dont 20 000 $ pour le réaménagement d’une piste de ski de fond pour le Club de plein air Ouiatchouan, un projet entrepreneurial auprès des jeunes réalisé par la Société de développement économique ilnu (15 000 $), un sentier multiusage à Sainte-Hedwidge (8000 $), l’implantation de panneaux d’affichage à Saint-François-de-Sales (44 665 $), un projet d’attractivité à Saint-André (16 523 $) ainsi que différents projets sur l’alimentation durable.

Un montant de 20 000 dollars a aussi été approuvé pour le déploiement d’une stratégie de communication territoriale.