Le maire d'Alma, Marc Asselin, a été très flatteur à l'endroit de Justin Trudeau

Les louanges almatoises au premier ministre

« Comme on dit, vous êtes un alpha. Non mais on le voit, c'est naturel. » Le maire d'Alma, Marc Asselin, ne tarissait pas d'éloges envers le premier ministre du Canada, jeudi matin, au début d'une rencontre à l'hôtel de ville avec des chefs d'entreprise, des politiciens et des représentants syndicaux.
Le premier ministre canadien a participé à une rencontre avec les acteurs du milieu socio-économique jeannois jeudi.
Tout comme mercredi, Justin Trudeau n'a pas hésité à prendre des photos avec des citoyens, jeudi.
Marc Asselin n'a que de bons mots pour M. Trudeau, avec qui il est allé prendre une bière mercredi.
« Je vous ai vu aller. Vous faites un travail exceptionnel. Vous avez une personnalité au-dessus de la moyenne, ça c'est certain, a-t-il affirmé. (...) On voit le magnétisme que vous avez sur les gens. Hier, à la brasserie où on est allé un peu se relaxer, ç'a été assez compliqué pour vous de vous asseoir. (...) C'est quand même un travail qui est ardu, qui est lourd, et vous le faites toujours avec le sourire et c'est tout à votre honneur », a enchaîné le maire.
Justin Trudeau terminait sa tournée dans la région avec un arrêt à Alma, après avoir visité la veille l'Expo agricole de Chicoutimi et avoir pris un bain de foule lors du souper dans les rues à Roberval. Sa présence au Saguenay-Lac-Saint-Jean n'est pas étrangère au fait qu'une élection complémentaire sera bientôt déclenchée dans la circonscription de Lac-Saint-Jean. Le député actuel, le conservateur Denis Lebel, tire sa révérence après une décennie passée à Ottawa.
À la sortie de la rencontre avec des personnalités socio-économiques, Justin Trudeau a fait une courte déclaration aux médias avant de prendre quelques égoportraits et de s'engloutir dans le véhicule qui le ramenait à Ottawa. « On a parlé des défis auxquels font face les gens d'Alma et dans la région, mais aussi on a beaucoup parlé des opportunités pour réussir, pour investir, pour bâtir une communauté encore plus forte », a-t-il affirmé.
Réactions
Les acteurs régionaux s'entendaient pour dire que la rencontre avait permis d'exposer les problématiques du milieu au premier ministre. « On voulait qu'il comprenne les préoccupations. Il a eu une bonne écoute. On a aussi parlé de la représentation politique régionale sur la scène fédérale. Nous sommes passés de quatre à trois députés. On a donc moins de poids et c'était important de le dire au premier ministre », ont expliqué les maires André Paradis et Lawrence Potvin, respectivement de Saint-Gédéon et Métabetchouan-Lac-à-La-Croix.
Le président du Syndicat national des travailleurs des pâtes et papier d'Alma, Jean-Pierre Lebel, n'allait pas laisser passer une si belle occasion d'exposer au premier ministre les difficultés de l'industrie forestière. Même chose pour le directeur de l'usine de Produits forestiers Resolu à Alma, Paul Falardeau. « On a parlé de l'accès aux marchés, des taxes sur certains de nos produits. Nous nous faisons attaquer de toute part et on voulait que le premier ministre connaisse notre réalité », a souligné M. Falardeau.
« On lui a parlé de son comité aviseur (NDLR : Le Comité consultatif national qui doit produire un rapport qui sera présenté aux ministres responsables des parcs, des aires protégées et de la conservation de la biodiversité). On lui a dit que tous les membres sont issus du milieu de la protection de l'environnement. Les personnes touchées, comme nos syndiqués, ne sont pas représentées », a ajouté M. Lebel.
Le président du Syndicat de l'aluminium d'Alma, Alexandre Fréchette, était également sur place. « Je retiens qu'il semble avoir une préoccupation pour la classe moyenne. Il a beaucoup parlé de la classe moyenne. Il était surtout venu prendre le pouls de ce qui se passe dans les divers milieux. »
Quant au maire d'Alma, la rencontre lui a donné l'occasion de parler du Centre d'excellence des drones. « M. Trudeau était déjà au courant du dossier. Beaucoup de notes ont été prises de la part de sa garde rapprochée. »